February 6, 2017 / 8:55 PM / in 6 months

La SEC s'en prend à la règle Dodd-Frank sur les salaires patronaux

2 MINUTES DE LECTURE

Michael Piwowar (photo), le président par intérim de la Securities and Exchange Commission (SEC). Le gendarme de Wall Street a pris lundi des initiatives pour retarder l'entrée en vigueur d'une disposition permettant, dans les entreprises américaines, de comparer le salaire du dirigeant avec le salaire médian de ses employés. /Photo d'archives/Lucy Nicholson

WASHINGTON (Reuters) - Le président par intérim de la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de Wall Street, a pris lundi des initiatives pour retarder l'entrée en vigueur d'une disposition permettant, dans les entreprises américaines, de comparer le salaire du dirigeant avec le salaire médian de ses employés.

Michael Piwowar réclame que les entreprises soumettent leurs commentaires au sujet de "toute difficulté inattendue" dans la mise en oeuvre de cette mesure censée être appliquée dans le courant de l'année.

Il a aussi demandé aux équipes de la SEC de "réexaminer l'application de cette règle" pour déterminer "si des instructions ou des aides supplémentaires sont appropriées".

Cette règle, qui fait partie de l'ensemble législatif Dodd-Frank de régulation du secteur financier américain adopté en 2010, exige des entreprises qu'elles publient le ratio entre le salaire de leur dirigeant et le salaire médian du personnel.

Elle est défendue par les syndicats et les représentants des employés qui la perçoivent comme un instrument utile pour mesurer les inégalités de revenus et lutter contre des excès dans les salaires versés aux dirigeants d'entreprise.

Le patronat y est en revanche farouchement hostile et voit dans cette initiative une mesure trompeuse, coûteuse et motivée par des considérations politiques.

La SEC ne peut pas abroger une règle sans une procédure officielle comportant une période de débat public et d'analyse économique. Tout effort en ce sens paraît pour l'instant voué à l'échec avant la confirmation par le Sénat du futur président de l'institution, Jay Clayton.

Le nouveau président américain Donald Trump a fait de la dérégulation l'une des priorités de son action économique.

Sarah N. Lynch; Bertrand Boucey pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below