Veolia: Les métiers traditionnels restent sous pression

jeudi 2 février 2017 13h41
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - La pression sur les marges des métiers traditionnels de Veolia se poursuit et parfois même s'accroît, a déclaré jeudi le PDG du groupe, Antoine Frérot, qui souligne la nécessité "absolue" pour l'entreprise de poursuivre ses baisses de coûts et sa conquête de nouveaux clients.

Le numéro un mondial du traitement de l'eau et des déchets met en oeuvre depuis 2012 un plan de transformation visant à augmenter la part de ses activités auprès des industriels et dans les zones en croissance, et donc à réduire son exposition aux marchés municipaux et aux pays matures, sur fond de mesures d'économies structurelles.

"La pression sur nos prix et sur nos marges se poursuit et parfois même s'accroît, notamment en Europe, sur nos activités traditionnelles", a déclaré Antoine Frérot lors d'une rencontre avec la presse sur le thème des métiers en croissance de Veolia.

"De plus, le contexte politique et économique est aujourd'hui particulièrement incertain, d'où la nécessité absolue de compenser et même d'anticiper, voire au-delà, ces vents contraires, par une optimisation permanente de nos coûts", a-t-il ajouté.

Parmi ces "vents contraires", Antoine Frérot a notamment cité les taux de change défavorables, la faible inflation en Europe, la pression sur les prix du groupe lors des renégociations contractuelles, le Brexit, le contexte politique aux Etats-Unis ou encore les "tentations protectionnistes".

La France, a dit le PDG, est aujourd'hui "le pays le plus difficile" du groupe alors que les activités asiatiques, et notamment chinoises, se sont "fort bien comportées" en 2016.

"UNE COURSE DE FOND DE TROIS ANS"   Suite...

 
La pression sur les marges des métiers traditionnels de Veolia se poursuit et parfois même s'accroît, a déclaré jeudi le PDG du groupe, Antoine Frérot, qui souligne la nécessité "absolue" pour l'entreprise de poursuivre ses baisses de coûts. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau