Levée du dernier obstacle à la fin du roaming dans l'UE

mercredi 1 février 2017 12h02
 

par Julia Fioretti

BRUXELLES (Reuters) - L'Union européenne (UE) a conclu un accord préliminaire mercredi en vue de plafonner les tarifs de gros que les opérateurs de télécommunications peuvent s'imposer mutuellement pour l'utilisation de leurs réseaux par un client en déplacement à l'étranger, ouvrant ainsi la voie à la suppression des frais d'itinérance en juin.

Le plafonnement des prix de gros du roaming était le dernier obstacle à la suppression des frais d'itinérance payés par le consommateur prévue pour le 15 juin. Cette initiative vient couronner une décennie d'efforts déployés par Bruxelles pour permettre aux citoyens de l'UE d'utiliser leurs téléphones, dans le cadre de leur forfait, partout dans la région sans craindre de devoir s'acquitter d'un paiement supplémentaire.

Les frais de gros pour les données, qui était la partie la plus controversée en raison de la croissance exponentielle du trafic internet mobile, seront plafonnés à 7,7 euros par gigaoctet à partir de juin 2017 et descendront à 2,5 euros par gigaoctet en 2022.

Les appels seront, eux, plafonnés à 3,2 centimes la minute contre cinq centimes actuellement. Le plafond des SMS à l'envoi passera à un centime contre deux centimes auparavant.

"Adieu l'itinérance", a tweeté Miapetra Kumpula-Natri, la députée responsable de la législation au Parlement européen.

La Commission européenne examinera les plafonds de gros tous les deux ans et proposera de nouveaux tarifs si nécessaire.

L'accord obtenu mercredi doit encore être approuvé par l'ensemble du Parlement européen et les Etats membres.

Soucieuse de montrer aux citoyens qu'elle agit dans leur intérêt, la Commission européenne (CE) a fait de la bataille contre les frais d'itinérance un symbole après le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne le 23 juin dernier.   Suite...

 
L'Union européenne (UE) a conclu un accord préliminaire mercredi en vue de plafonner les tarifs de gros que les opérateurs de télécommunications peuvent s'imposer mutuellement pour l'utilisation de leurs réseaux par un client en déplacement à l'étranger. /Photo d'archives/REUTERS/Wolfgang Rattay