30 janvier 2017 / 17:17 / dans 9 mois

Clôture en baisse des marchés européens

Les Bourses européennes ont fini en baisse lundi. Le CAC 40 a terminé en baisse de 1,14%, le Footsie a reflué de 0,92% et le Dax a perdu 1,12%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en baisse lundi, pénalisées par les secteurs pétrolier et bancaire, dans un contexte d‘aversion au risque lié aux incertitudes sur la politique que mènera réellement Donald Trump.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,14% (55,34 points) à 4.784,64 points. Le Footsie britannique a reflué de 0,92% et le Dax allemand a perdu 1,12%. L‘indice EuroStoxx 50 a cédé 1,23%, le FTSEurofirst 300 1,13% et le Stoxx 600 1,05%, son repli le plus important depuis début novembre.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était dans le rouge, affectée par la décision de Donald Trump d‘interdire temporairement l‘accès au territoire américain aux ressortissants de sept pays musulmans d‘Afrique et du Moyen-Orient. L‘indice Dow Jones, en repli de 0,82%, a enfoncé pour la première fois depuis mercredi le seuil des 20.000 points. Le Standard & Poor’s 500, plus large, reculait de 0,86% le Nasdaq Composite cédait 1,04%.

Sur le front macroéconomique, le sentiment économique dans la zone euro s‘est de nouveau amélioré en janvier pour atteindre son plus haut niveau depuis près de six ans alors qu‘il était attendu en baisse, selon les chiffres publiés lundi par la Commission européenne.

En Allemagne, l‘inflation annuelle a été de 1,9% en janvier, son plus haut niveau depuis trois ans et demi, ce qui devrait relancer le débat récurrent sur la nécessité de modifier la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) jugée trop accommodante.

Sur le plan sectoriel, tous les indices du Stoxx 600 ont fini en négatif, avec en tête les ressources de base (-2,11%), l‘énergie (-2,03%), les banques (-1,67%) et l‘assurance (-1,48%).

Aux valeurs, les banques, surtout italiennes, ont affiché les plus forts replis sur le Stoxx 600, pénalisées par l‘accumulation des créances douteuses. A la Bourse de Milan, qui a perdu 2,95%, la banque UBI Banca a plongé de 6,8%, Intesa Sanpaolo de 3,09%. Sa concurrente UniCredit a chuté de 5,45% après avoir annoncé que ses ratios de solvabilité à fin 2016 ne répondaient pas aux exigences imposées par la BCE.

Le président de l‘Autorité bancaire européenne (ABE) a plaidé lundi pour une “bad bank” européenne pour les créances douteuses, évoquant une initiative “urgente et réalisable”.

Les groupes liés aux matières premières ont également souffert. BP, Respol, Eni ou encore Total ont perdu entre 1,10% et 2,57%. TechnipFMC, né du rapprochement entre Technip et FMC Technologies, a accusé le plus fort recul du CAC 40 avec une perte de 5,70%, devant ArcelorMittal (-3,27%).

Côté hausses, Vodafone a gagné 2,6%. L‘opérateur télécoms britannique discute d‘une fusion de ses activités en Inde avec son concurrent local Idea Cellular.

Sur le marché du pétrole, le Brent et le brut léger américain abandonnent respectivement 0,27% et 0,79%.

Aux changes, l‘euro réduit ses pertes et est pratiquement stable à 1,0687 dollar, soutenu par la remontée de l‘inflation en Allemagne. Le dollar, en baisse de 1% face au yen, souffre du décret sur l‘immigration signé par Donald Trump. Signe de l‘inquiétude des investisseurs, l‘or, valeur refuge, progresse de 0,39% à plus de 1.195 dollars l‘once.

Avec Danilo Masoni; Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below