L'inflation allemande remonte tout près de 2%

lundi 30 janvier 2017 15h18
 

par Michael Nienaber

BERLIN (Reuters) - L'inflation en Allemagne a atteint en janvier 1,9% sur un an, son plus haut niveau depuis trois ans et demi, qui correspond à l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) d'une augmentation des prix légèrement inférieure à 2% en rythme annuel, montre lundi la première estimation officielle.

Ce chiffre ne devrait pas manquer d'alimenter le débat récurrent en Allemagne sur la nécessité de modifier la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), que certains jugent trop accommodante.

Toutefois, l'un des membres du Conseil des gouverneurs, Ewald Nowotny, a déjà clairement dit lundi que la BCE attendrait probablement le mois de juin pour reconsidérer sa stratégie, et que les débats en son sein ne porteraient pas sur un durcissement progressif de la politique monétaire ou "tapering".

L'indice allemand des prix à la consommation harmonisé aux normes européennes (IPCH) a augmenté de 1,9% sur un an, après 1,7% en décembre, a annoncé Destatis, l'institut national de la statistique.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 2,0%. Le chiffre publié est le plus élevé enregistré depuis juillet 2013.

"Le temps des taux d'inflation faibles en Allemagne est révolu", a commenté Ulrike Kastens, économiste de Sal. Oppenheim, ajoutant que la hausse des prix pétroliers devrait faire passer l'inflation au-dessus de 2% dans les mois à venir.

Le taux d'inflation allemand devrait atteindre 1,8% sur l'ensemble de 2017, a-t-elle ajouté.

Calculée aux normes nationales, l'inflation allemande ressort elle aussi à 1,9% en rythme annuel après 1,7% en décembre.   Suite...

 
Au centre commercial de Pasing Arcaden à Munich. L'inflation en Allemagne s'est accélérée en janvier (1,9%) pour atteindre son plus haut niveau depuis trois ans et demi, qui correspond à l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) d'une évolution des prix légèrement inférieure à 2% en rythme annuel. /Photo d'archives/REUTERS/Michaela Rehle