29 janvier 2017 / 15:08 / il y a 8 mois

Wall St attend la Fed, les résultats... et les surprises Trump

Au cours de la semaine à venir, les paroles et les actes de Donald Trump pourrait bien avoir sur les marchés une influence plus sensible que les déclarations de Janet Yellen, la présidente de la Fed, que les indicateurs économiques ou que les profits des entreprises. /Photo prise le 28 décembre 2016/REUTERS/Andrew Kelly

NEW YORK (Reuters) - En temps normal, une réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale, des statistiques sur l‘emploi et une nouvelle pluie de résultats de sociétés suffiraient à détourner l‘attention des investisseurs des spéculations sur la politique du nouveau président américain.

Mais les temps ne sont pas tout à fait normaux et au cours de la semaine à venir, les paroles et les actes de Donald Trump pourrait bien avoir sur les marchés une influence plus sensible que les déclarations de Janet Yellen, la présidente de la Fed, que les indicateurs économiques ou que les profits des entreprises.

“Wall Street a déjà intégré le fait que la reprise était installée et que la Fed allait commencer à devenir agressive. Ce qu‘elle n‘a pas encore tout à fait intégré, c‘est qui est vraiment Donald Trump”, explique Robert Phipps, directeur de Per Stirling Capital Management.

Si les actions ont profité, depuis l‘élection présidentielle du 8 novembre, des espoirs d‘allègements d‘impôts et de relance budgétaire, les investisseurs attendent encore des preuves de la capacité de Donald Trump à traduire en actes ses promesses de campagne.

Et à cette attente s‘ajoutent des interrogations sur l‘impact de ses menaces d‘imposer des droits de douane élevés sur les importations ainsi que de ses déclarations sur la politique de changes de la Chine.

LA FED AUSSI ATTEND DE VOIR

Les contrats à terme sur les taux d‘intérêt montrent une probabilité de 96% de voir les taux de la Fed rester inchangés à l‘issue de la réunion du Federal Open Market Committee (FOMC) mercredi, selon les données Reuters. Mais comme d‘habitude, le marché espère que le communiqué de la banque centrale lui donnera de nouveaux indices sur les intentions des responsables de la politique monétaire pour les mois à venir.

Si le langage employé suggère des hausses de taux plus rapides qu‘anticipé pour l‘instant, “le rally des actions pourrait marquer une pause, le temps que les investisseurs ajustent leurs positions”, dit Paul Christopher, responsable de la stratégie de marché de Wells Fargo Investment Institute.

Rares sont toutefois les investisseurs qui voient la Fed changer la donne mercredi, faute d‘éléments suffisamment précis sur la politique que mènera l‘administration Trump.

“Comme beaucoup d‘entre nous, la Fed attend probablement de voir ce qui sortira de toutes les nouvelles politiques et des changements auxquels on peut s‘attendre de la part de la nouvelle administration”, dit Tim Dreiling, gérant senior de la division Private Client Reserve de U.S. Bank.

La solidité des résultats et des prévisions d‘entreprise a contribué à la hausse de 10% de l‘indice Standard & Poor’s 500 depuis le 4 novembre et plusieurs poids lourds de la cote doivent publier leurs comptes dans les jours à venir, comme Apple, Exxon Mobil, General Motors ou Facebook.

Les analystes financiers tablent actuellement sur une hausse de 6,8% des profits du S&P au quatrième trimestre par rapport à la même période de 2015, un consensus qui n‘était que de 6,1% le 1er janvier, selon les données Reuters. S‘il est vérifié par les faits, il marquera la plus forte hausse des bénéfices en deux ans.

SAUF SURPRISE, L‘EMPLOI DEVRAIT POURSUIVRE SUR SA LANCÉE

Vendredi, le département du Travail devrait annoncer que l‘économie américaine a créé 171.000 emplois non-agricoles en janvier, après 156.000 en décembre, selon le consensus des économistes interrogés par Reuters. Pour Paul Christopher, il faudrait un chiffre inférieur à 100.000 ou supérieur à 300.000 pour observer une réaction marquée des marchés actions.

“Si les chiffres n‘ont rien de remarquable, l‘attention se tournera vers Washington”, ajoute-t-il.

De Donald Trump, les investisseurs espèrent notamment des éclaircissements sur sa politique en matière de commerce international. La Maison blanche a dit vouloir taxer les produits importés du Mexique afin de financer la construction d‘un mur censé sécuriser la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Mais une telle taxe générerait de l‘inflation, ce qui pourrait conduire la Fed à resserrer davantage sa politique.

Autre source de nervosité: la possibilité que le nouveau président américain accuse formellement la Chine de manipuler le cours de sa monnaie, comme il l‘a laissé entendre.

Les investisseurs préfèreraient qu‘il entame des négociations avec Pékin pour tenter d‘obtenir des concessions, explique Paul Christophe.

“Je crois que Trump a réellement l‘intention de faire avancer les choses mais il faut qu‘il réalise que même la personne la plus puissante du monde est obligée de collaborer avec d‘autres”, ajoute-t-il.

avec Chuck Mikolajczak; Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below