La croissance américaine freinée par les exportations au 4e trimestre

vendredi 27 janvier 2017 15h38
 

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - La croissance a brutalement ralenti aux Etats-Unis au quatrième trimestre, affectée par la forte baisse des exportations, notamment de soja, mais la bonne tenue de la consommation et la hausse des investissements des entreprises laissent penser que la première économie mondiale devrait poursuivre son expansion.

Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 1,9% en rythme annualisé sur les trois derniers mois de l'année, après 3,5% au troisième trimestre, a annoncé vendredi le département du Commerce dans sa première estimation du PIB.

La croissance ressort ainsi à 1,6% seulement pour l'ensemble de l'année 2016, son rythme le plus faible depuis 2011, après 2,6% en 2015. La croissance au premier semestre de l'an dernier a été freinée par la faiblesse des cours du pétrole et un dollar fort, qui ont pesé sur les bénéfices et les investissements des entreprises.

Un mouvement d'ajustement des stocks a également pesé sur la croissance. Mais ces différents facteurs défavorables ont aujourd'hui pratiquement disparu.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 2,2% en rythme annualisé pour octobre-décembre.

Au quatrième trimestre, les exportations ont chuté de 4,3%, leur plus fort recul depuis le premier trimestre 2015. Elles avaient augmenté de 10% au troisième trimestre.

La contribution du commerce extérieur au PIB du quatrième trimestre a ainsi été négative, de 1,70 point de pourcentage, alors que la balance commerciale avait contribué à la croissance à hauteur de 0,85 point de pourcentage au troisième trimestre.

Les emprunts d'Etat américains et les futures de taux d'intérêt ont effacé leurs gains après la publication des statistiques, tout comme les contrats futures de Wall Street, tandis que le dollar cédait du terrain face à l'euro.   Suite...

 
La croissance du PIB américain a ralenti plus que prévu au quatrième trimestre, affectée par la forte baisse des exportations, notamment de soja, mais la vigueur des dépenses de consommation et la hausse des investissements privés laissent penser que l'économie devrait poursuivre sa reprise. /Photo prise le 13 décembre 2016/REUTERS/Arnd Wiegmann