Nouvelle étape vers une thérapie cellulaire du coeur

vendredi 27 janvier 2017 13h19
 

par Gilbert Reilhac

STRASBOURG (Reuters) - CellProthera, une start-up française de biotechnologie, a présenté vendredi les premiers résultats de l’étude clinique de phase II concernant sa thérapie de régénération du muscle cardiaque par injection de cellules souches sanguines.

Cinq premières patients victimes d’infarctus ont été traités depuis la fin de l’été en France et en Grande-Bretagne, sur 44 prévus. L’un d’eux – ce sera un quart de la cohorte au final – reçoit un traitement médicamenteux classique.

Les patients sélectionnés devaient avoir subi un infarctus sévère, sans que la pose d’un stent, un dispositif de dilatation d’artère, ait amélioré leur fonction cardiaque.

"Les greffés semblent se porter tous très bien, comme ceux de l’essai pilote que nous avions mené précédemment", a dit à Reuters le professeur Philippe Hénon, président de CellProthera et directeur de l'Institut de recherche en hématologie et transplantation de Mulhouse (IRHT), dont est issue la start-up.

Le patient non greffé a dû, en revanche, être muni d’un défibrillateur implantable.

Une étude clinique préliminaire avait été menée en 2002 au sein de l'IRHT sur sept patients atteints d'un infarctus du myocarde sévère dont l’espérance de vie était de moins de trois ans.

A l'exception d'un seul dont l'infarctus était ancien et le tissu cardiaque trop dégradé, tous sont aujourd'hui vivants et "en forme, y compris celui qui est âgé de 80 ans", assure Philippe Hénon.

Le procédé mis au point par CellProthéra consiste à injecter dans la zone lésée des cellules souches sanguines autologues – provenant du patient lui-même – qui vont régénérer et revasculariser la partie nécrosée.   Suite...

 
CellProthera, une start-up française de biotechnologie, a présenté vendredi les premiers résultats de l’étude clinique de phase II concernant sa thérapie de régénération du muscle cardiaque par injection de cellules souches sanguines. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pelissier