Toshiba vend moins de 20% des mémoires, nucléaire en examen

vendredi 27 janvier 2017 12h43
 

par Makiko Yamazaki et Taiga Uranaka

TOKYO (Reuters) - Toshiba a annoncé vendredi qu'il placerait une participation minoritaire dans sa filiale mémoires et ajouté que ses activités nucléaires à l'étranger, source de ses déboires financiers, faisaient dorénavant l'objet d'un examen.

Mais le produit de la vente de cette participation de moins de 20% ne couvrira sans doute que partiellement une charge que les médias japonais évaluent à six milliards de dollars (5,6 milliards d'euros).

Alors même qu'il se remettait à peine d'un scandale comptable de 1,3 milliard de dollars qui avait éclaté en 2015, le conglomérat industriel japonais a subi une nouvelle avanie à la fin de l'année dernière, avec une énorme dépréciation sur une acquisition réalisée en 2015 aux Etats-Unis par sa filiale nucléaire Westinghouse.

Le directeur général Satoshi Tsunakawa a dit vendredi que la division nucléaire n'était plus une activité stratégique pour Toshiba et que la participation de Westinghouse à de nouveaux projets serait réexaminée. La division nucléaire sera en outre placée sous le contrôle direct de la direction générale.

Tsunakawa a ajouté que Toshiba comptait vendre moins de 20% de sa filiale mémoires et pourrait ultérieurement l'introduire en Bourse. Celle-ci, deuxième producteur mondial de mémoires flash NAND derrière le sud-coréen Samsung Electronics, réalise l'essentiel du bénéfice d'exploitation du conglomérat.

La dépréciation constituée sur le nucléaire américain ne laisse en effet guère d'autre choix à Toshiba que de céder une participation dans ses semiconducteurs dans la mesure où il ne peut lancer un appel au marché, étant placé sous surveillance par la Bourse de Tokyo.

Toshiba veut boucler la vente avant la fin de son exercice fiscal au 31 mars car la dépréciation risque d'absorber intégralement des fonds propres tombés à trois milliards de dollars à la suite du scandale comptable.

Selon des sources, Toshiba espère retirer plus de 200 milliards de yens (1,6 milliard d'euros) d'une cession susceptible d'intéresser des fonds de capital investissement, son associé Western Digital ou encore l'organisme public Development Bank of Japan.   Suite...

 
Toshiba a annoncé vendredi qu'il placerait une participation minoritaire dans sa filiale mémoires et ajouté que ses activités nucléaires à l'étranger, source de ses déboires financiers, faisaient dorénavant l'objet d'un examen. /Photo d'archives/REUTERS/Yuriko Nakao