LVMH prudent pour 2017 après un millésime 2016 record

jeudi 26 janvier 2017 21h52
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - LVMH se veut prudent pour 2017 après des résultats annuels record et supérieurs aux attentes, portés par une solide progression en Europe et aux Etats-Unis et par un fort rebond en Chine en deuxième partie d'année, dans un environnement devenu plus porteur pour le luxe.

Les ventes du numéro un mondial du luxe, propriétaire de Louis Vuitton, Céline, Fendi, Moët et Chandon, Bulgari ou Dior, ont progressé de 5% à 37,6 milliards d'euros en 2016, un chiffre légèrement supérieur aux 37,25 milliards du consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters.

Sa croissance annuelle à taux de change constants a atteint 6%, comme en 2015, dépassant là aussi les 5,0% prévus, et 8% sur le seul quatrième trimestre, au lieu des 5,6% anticipés.

Le résultat opérationnel courant, en hausse de 6%, a franchi le cap des 7,0 milliards à 7,026 milliards d'euros et la rentabilité s'est améliorée à 18,7%.

Tout en se félicitant des résultats du groupe, son PDG, Bernard Arnault, s'est dit prudent pour 2017.

"C'est quand tout va bien qu'il faut être vigilant (...) car l'année pourrait mal tourner", a-t-il averti, évoquant des taux d'intérêt "qui défient la gravité", des cours de Bourse qui "montent de façon tout à fait exubérante" et une évolution géoplitique "difficile à lire".

Il a ainsi dit s'attendre à un premier semestre "relativement facile" et à "une deuxième partie d'année beaucoup plus difficile", en raison notamment de comparatifs plus élevés.

Bernard Arnault s'est toutefois montré plutôt confiant dans la future politique économique américaine, louant le professionnalisme de l'entourage économique de Donald Trump.   Suite...

 
LVMH a publié jeudi des résultats annuels en hausse malgré un contexte troublé pour le secteur du luxe et a fait nettement mieux qu'attendu au quatrième trimestre dans un environnement  devenu plus porteur pour le secteur. Sa croissance annuelle à taux de change constants a atteint 6%, comme en 2015, dépassant les 5,0% prévus. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen