January 25, 2017 / 10:17 AM / 6 months ago

Relaxe et sursis dans le dossier de la tour Odéon de Monaco

2 MINUTES DE LECTURE

Le tribunal correctionnel de Marseille a prononcé mercredi la relaxe et des peines de prison avec sursis à l'encontre d'élus locaux et de promoteurs immobiliers poursuivis dans une vaste affaire de fraude, corruption, fraude fiscale et blanchiment sur la Côte d’Azur et à Monaco. /Photo d'archives/Stéphane Mahé

MARSEILLE (Reuters) - Le tribunal correctionnel de Marseille a prononcé mercredi la relaxe et des peines de prison avec sursis à l'encontre d'élus locaux et de promoteurs immobiliers poursuivis dans une vaste affaire de fraude, corruption, fraude fiscale et blanchiment sur la Côte d’Azur et à Monaco.

Ce dossier porte notamment sur les conditions de la construction de la tour Odéon, livrée en 2015, la plus haute de la principauté de Monaco avec ses 170 mètres de haut et qui abrite un des appartements réputés les plus chers au monde.

Parmi les onze prévenus de cette affaire surnommée "Mains propres", le maire divers droite de Beausoleil (Alpes-Maritimes), Gérard Spinelli, a été blanchi de l'accusation d’avoir reçu une commission pour faciliter la construction de la tour à proximité de sa commune.

D’autres figures de la Côte d’Azur ont été relaxées des faits de corruption active, dont les promoteurs monégasques Claudio et Paolo Marzocco, soupçonnés d’avoir versé deux millions d’euros de commission pour faciliter le chantier de la tour dont leur société portait le projet.

Ange-Roméo Alberti, un homme d’affaires italo-monégasque, a été condamné à trois ans de prison avec sursis et à 100.000 euros d'amende pour blanchiment et abus de bien social.

Dans l’autre volet de ce dossier, la justice lui a reproché d’avoir aidé la famille de René Vestri, l’ancien sénateur-maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes) décédé en 2013, à placer en Suisse une partie des recettes d’une plage privée de la commune en utilisant des comptes de société établies aux Iles Vierges britanniques.

La veuve et la fille de René Vestri ont écopé d'une peine de trois ans de prison avec sursis, son gendre Raffaele Vanacore de deux ans avec sursis.

Le parquet de Marseille n'a pas dit s'il ferait appel ou non du jugement.

Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below