24 janvier 2017 / 11:48 / il y a 9 mois

Vivarte: Nouveaux plans sociaux et cession d'André et Naf Naf

PARIS (Reuters) - Le groupe Vivarte va céder ses enseignes André et Naf Naf et engager un nouveau plan social prévoyant la suppression de près de 600 emplois au total, ont déclaré mardi à Reuters des sources syndicales.

Le groupe Vivarte va céder ses enseignes André et Naf Naf et engager un nouveau plan social prévoyant la suppression de près de 600 emplois au total, ont déclaré mardi à Reuters des sources syndicales. /Photo prise le 5 janvier 2017/REUTERS/Charles Platiau

La direction du groupe d‘habillement et de chaussures en difficulté en a fait l‘annonce lors de la réunion dans la matinée de plusieurs comités centraux d‘entreprise (CCE) extraordinaires.

Après avoir déjà fermé près de 300 magasins et supprimé plus de 1.600 emplois en 2015, Vivarte va fermer 147 magasins La Halle aux Chaussures, sur un total de 683, va en regrouper 11 avec ceux de la Halle aux Vêtements et va faire passer 41 magasins sous l‘enseigne Halle aux Vêtements.

Ce plan se traduira par la suppression d‘environ 530 emplois, dont 450 dans les magasins et 80 dans les sièges des deux enseignes, ont précisé ces sources.

Par ailleurs, un plan social a été annoncé chez Vivante Services, qui rassemble les fonctions support de l‘ensemble du groupe. Il prévoit la suppression de 57 postes sur un total de 250 et le transfert ou l‘externalisation de 75 postes.

Interrogé, Vivarte s‘est refusé à tout commentaire.

L‘identité des repreneurs d‘André n‘a pas été dévoilée. On ignore dans l‘immédiat si un acheteur a été trouvé pour Naf Naf.

La cession d‘André avait été évoquée par la presse début janvier et avait été démentie par une porte-parole de Vivarte.. L‘enseigne emploie 750 personnes et accuse, selon des sources syndicales, une perte de l‘ordre de 10 millions d‘euros par an.

Naf Naf, dont les résultats ne sont également pas rendus publics, emploie pour sa part environ 900 personnes.

L‘entreprise, plombée par une lourde dette héritée de LBO (rachats avec effet de levier) successifs, connaît des difficultés structurelles, enchaînant cessions d‘actifs, réductions d‘effectifs, stratégie erratique et changements de dirigeants.

Remercié en septembre 2016 par les fonds actionnaires de l‘entreprise six mois seulement après son arrivée, Stéphane Maquaire, ancien de Monoprix, avait engagé un plan de redressement passant notamment par la cession de Kookaï, Chevignon et Pataugas, ainsi que Merkal, chaîne espagnole de distribution de chaussures.

La décision de conduire ces cessions a été reprise à son compte par la nouvelle direction, ont déclaré plusieurs sources syndicales.

Mis à mal par une stratégie de montée en gamme inadaptée, Vivarte souffre de la concurrence de grandes chaînes comme H&M, Kiabi (famille Mulliez) ou Primark, champion irlandais des prix bas, dans un marché de l‘habillement déprimé.

Le chiffre d‘affaires du groupe, qui emploie au total environ 16.000 salariés, a reculé à 2,2 milliards d‘euros au cours de l‘exercice 2015-2016 clos en août (contre 2,4 milliards en 2014-2015) et l‘excédent brut d‘exploitation (Ebit) a baissé à 70 millions d‘euros (contre 75 millions).

Ramenée à 800 millions d‘euros à l‘été 2014 après un abandon massif de créances, la dette a presque doublé en deux ans, avoisinant aujourd‘hui 1,5 milliard d‘euros.

Pascale Denis, avec Dominique Vidalon, édité par Julien Ponthus

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below