Trump fait hésiter Wall Street en soufflant le chaud et le froid

lundi 23 janvier 2017 15h47
 

(Reuters) - La Bourse de New York a ouvert lundi en légère baisse sous le double effet de propos protectionnistes et de promesses de dérégulation de la part du nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump.

L'indice Dow Jones perd 27,48 points, soit 0,14%, à 19.799,77 quelques minutes après l'ouverture. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,17% à 2.267,38 et le Nasdaq Composite cède 0,14% à 5.547,75.

Donald Trump a promis vendredi lors de son discours d'investiture d'accorder la priorité à l'Amérique. Il va signer dès ce lundi deux ordonnances appelant à une renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena) et retirant les Etats-Unis du projet de libre-échange du Partenariat transpacifique (TPP), rapporte la chaîne de télévision NBC.

Orientés à la baisse, les futures sur les indices de Wall Street ont atténué leurs pertes après d'autres propos du président, cette fois en faveur de mesures de dérégulation, tenus lors d'une rencontre avec des dirigeants du secteur manufacturier.

Wall Street, qui a enchaîné les records depuis la victoire électorale du magnat de l'immobilier sur des anticipations de mesures de relance budgétaire, de baisses d'impôts et de dérégulation, se méfie maintenant des effets de la politique commerciale que va mettre en oeuvre le nouveau président.

Dans ce contexte, le dollar a chuté lundi à un creux de six semaines et les cours de l'or sont orientés à la hausse.

"En ce qui concerne les mouvements du marché, Donald Trump est un rêve pour les traders parce qu'il va provoquer des oscillations, de la volatilité et des comportements changeants", explique Andre Bakhos, directeur général de Janlyn Capital.

Du côté des valeurs, Qualcomm, auquel Apple réclame près d'un milliard de dollars pour pratiques anticoncurrentielles sur le marché des smartphones, chute de plus de 10% dans les premiers échanges.

Halliburton, le numéro deux mondial des services pétroliers, recule de 2,5% après avoir averti sur la faiblesse de ses marchés à l'international, comme l'avait fait vendredi son concurrent Schlumberger.   Suite...

 
La Bourse de New York a ouvert lundi en légère baisse sous le double effet de propos protectionnistes et de promesses de dérégulation de la part du nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump. /Photo prise le 20 janvier 2017/REUTERS/Stephen Yang