Optimisme des patrons du S&P avec l'arrivée au pouvoir de Trump

dimanche 22 janvier 2017 22h05
 

par Noel Randewich

SAN FRANCISCO (Reuters) - L'administration Trump vient à peine de s'installer qu'un petit groupe de patrons du S&P-500 a déjà exprimé son optimisme sur l'impact de ses promesses de baisses d'impôts, de dépenses d'infrastructures et de dérégulation sur les résultats.

Avant l'investiture de Donald Trump, les dirigeants de Morgan Stanley, Delta Air Lines et d'autres grandes sociétés américaines ont affirmé que son arrivée à la Maison blanche avait déjà amélioré les perspectives économiques.

"Il y a certainement plus de raisons d'être optimiste en ce début 2017 qu'il n'y en avait début 2016", a déclaré mardi James Gorman, directeur général de Morgan Stanley, lors de l'annonce d'un bénéfice du quatrième trimestre multiplié par deux, mettant en avant l'amélioration de la confiance des ménages depuis la victoire de Trump et ses promesses de baisses d'impôts.

La saison des résultats qui commence tout juste tend à confirmer les espoirs placés dans le nouveau président par les dirigeants des grands groupes cotés à Wall Street, dont les résultats sont déjà prévus en redressement par rapport à 2015.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les résultats des composantes du S&P-500 sont attendus en moyenne en progression de 6,3% pour le quatrième trimestre à fin décembre 2016 et de 13,6% sur le premier trimestre à fin mars.

Depuis l'élection du 8 novembre, l'indice S&P a gagné 6% pour atteindre des niveaux record, en partie grâce aux attentes vis-à-vis de la politique de relance de Trump. Les banques ont mené la hausse, portées par les anticipations d'allègement de la réglementation du secteur, après un durcissement depuis la crise financière de 2008 souvent jugé excessif par les investisseurs.

Tous les hommes d'affaires ne sont pas emballés et certains chefs d'entreprises et lobbyistes à Washington, qui ont fait preuve d'enthousiasme dans un premier temps, se montrent plus hésitants et moins confiants face aux messages parfois contradictoires sur la santé, la fiscalité et le commerce.

  Suite...

 
L'administration Trump vient à peine de s'installer qu'un petit groupe de patrons du S&P-500 a déjà exprimé son optimisme sur l'impact de ses promesses de baisses d'impôts, de dépenses d'infrastructures et de dérégulation sur les résultats. /Photo prise le 20 janvier 2017/REUTERS/Stephen Yang