18 janvier 2017 / 17:17 / dans 9 mois

Les Bourses européennes terminent en hausse, à l'exception de Paris

A l'exception de Paris qui a fini dans le rouge, les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, dans l'attente de précisions au lendemain du discours de la Première ministre britannique évoquant le choix d'un "Brexit dur" et avant le discours d'investiture de Donald Trump vendredi. À Paris, l'indice CAC 40 a clôturé en baisse de 0,13% (6,29 points) à 4.853,40. Le Footsie britannique a progressé de 0,38% et le Dax allemand de 0,51%. /Photo d'archives/REUTERS

(Reuters) - A l‘exception de Paris qui a fini dans le rouge, les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, dans l‘attente de précisions au lendemain du discours de la Première ministre britannique évoquant le choix d‘un “Brexit dur” et avant le discours d‘investiture de Donald Trump vendredi.

À Paris, l‘indice CAC 40 a clôturé en baisse de 0,13% (6,29 points) à 4.853,40. Le Footsie britannique a progressé de 0,38% et le Dax allemand de 0,51%.

L‘indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,27%, le FTSEurofirst 300 de 0,18% % et le Stoxx 600 a pris 0,18% également.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street affichait un léger recul de 0,1%. Les investisseurs semblent jouer la prudence en attendant une intervention publique de Janet Yellen, présidente de la Réserve fédérale.

Les valeurs de médias, de l‘assurance et de la banque ont notamment pesé sur la tendance. Elles ont affiché des baisses respectives de 1,79%, 0,52% et 0,23%.

A l‘inverse, l‘indice des valeurs technologiques figure parmi les meilleures performances sectorielles, avec un gain de 0,89%, soutenu par ASML.

Le premier équipementier européen, qui a fait état d‘un bénéfice net en hausse et supérieur aux attentes au quatrième trimestre, a terminé sur une hausse de 6,73%, en tête de l‘EuroFirst 600.

En queue de peloton, l‘éditeur britannique d‘ouvrages pédagogiques Pearson a dévissé de près de 30% après un nouvel avertissement sur ses résultats, signant la plus forte baisse de l‘indice phare des 600 plus grandes valeurs de la zone euro, ainsi que du Footsie.

Avec un gain de 3,58%, le groupe de luxe britannique Burberry, soutenu par ses résultats sur les trois derniers mois de 2016, a terminé parmi les plus fortes hausses à la Bourse de Londres.

A Paris, BNP Paribas (-1,44%), Crédit Agricole (-0,72%) et Société générale (-0,68%) ont fini dans le rouge, parmi les plus fort replis du CAC 40.

A Francfort, Deutsche Bank s‘est en revanche repris pour finir sur un modeste gain de 0,49%. La banque a dit regarder désormais vers l‘avenir après avoir réglé son litige aux Etats-Unis sur des prêts immobiliers.

Sur le marché des changes, la livre perd 0,77% à 1,2317 dollar, pénalisée par des prises de bénéfices. La devise britannique a enregistré mardi sa plus forte hausse en une séance depuis 1998, à la faveur de la promesse de Theresa May de soumettre l‘accord final sur le Brexit à un vote du Parlement.

L‘euro cède 0,27% par rapport au dollar, à 1,0683.

Le billet vert, qui s‘est approché mardi de ses plus bas niveaux de six semaines, reprend 0,38% face à un panier de devises de référence.

Sur le marché pétrolier, le Brent de la mer du Nord perd 0,61% à 55,13 dollars le baril et le brut léger américain recule de 0,69% à 52,12 dollars, en raison d‘une reprise attendue de la production américaine de pétrole de schiste.

Patrichk Graham, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below