Cathay Pacific veut supprimer des postes

mercredi 18 janvier 2017 14h41
 

SYDNEY (Reuters) - Cathay Pacific Airways va supprimer des emplois et envisage le transfert de certaines de ses liaisons vers sa filiale de vols court-courriers, a annoncé mercredi la compagnie hong-kongaise qui vient d'achever la plus importante revue stratégique de ses activités depuis deux décennies.

La compagnie aérienne a exposé les conclusions de cette revue dans un document envoyé mercredi par mail à ses 33.700 employés et que s'est procuré Reuters.

Cathay avait annoncé en octobre s'engager dans une revue stratégique après avoir renoncé à tabler sur une amélioration de ses résultats financiers au second semestre par rapport au premier.

"Nous voulons construire une structure organisationnelle plus rapide, plus légère et plus simple (...) Il y aura un grand changement dans la manière dont nous faisons les choses à l'intérieur de la société", dit-elle dans le document.

Elle précise qu'elle se réorganisera en sept secteurs - clients, opérationnel, commercial, personnel, transport, finance et stratégie et technologie -, ajoutant planifier ces changements pour le premier semestre 2017.

"En termes de fonctions, certains postes vont devenir inutiles, certains vont être redéfinis, tandis que d'autres seront créés", indique-t-elle, sans préciser le nombre de suppressions d'emplois envisagé.

Elle étudie également la possibilité de transférer certains de ses vols régionaux à sa filiale de court-courriers, Cathay Dragon, mais précise qu'aucune décision n'a été arrêtée.

La compagnie aérienne doit affronter la concurrence d'autres compagnies hong-kongaises et trouver le bon positionnement face à l'accord "ciel ouvert" signé le mois dernier entre la Chine et l'Australie.

(Jamie Freed et Brenda Goh, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Marc Angrand)

 
Cathay Pacific Airways va supprimer des emplois et envisage le transfert de certaines de ses liaisons vers sa filiale de vols court-courriers. /Photo d'archives/REUTERS/Bobby Yip