Deutsche Bank regarde vers l'avenir après avoir réglé le litige US

mercredi 18 janvier 2017 12h46
 

par Arno Schuetze

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Bank sera dorénavant libre de se consacrer à une nouvelle stratégie de croissance plutôt que passer son temps à corriger les errements du passé, a déclaré mercredi John Cryan, le président du directoire.

"Compte tenu des autres procédures, il serait prématuré de dire qu'on a tiré un trait sur toutes ces questions", explique John Cryan dans un message adressé aux quelque 100.000 salariés.

"Pourtant, nous nous rapprochons de notre objectif qui est de pouvoir nous concentrer avant tout sur l'avenir plutôt que de devoir sans cesse tourner nos regards vers le passé".

La première banque allemande a signé mardi avec la justice américaine un accord amiable de 7,2 milliards de dollars (6,7 milliards d'euros) dans le dossier de la vente de titres adossés à des prêts immobiliers à risque avant la crise financière de 2008.

Si l'on ajoute les 1,9 milliard de dollars versés pour régler un litige avec Fannie Mae et Freddie Mac, les plus gros organismes de crédit immobilier des Etats-Unis, l'ardoise liée au dossier immobilier représente 9,1 milliards de dollars.

Cette affaire étant réglée, trois autres restent en suspens: l'une portant sur des transactions boursières suspectes en Russie, l'autre sur une manipulation présumée du marché des changes et la troisième sur une infraction présumée aux sanctions internationales décrétées par les Etats-Unis.

Toutes trois devraient déboucher sur des charges financièrement gérables.

Deutsche Bank a bon espoir de conclure un accord sur la Russie en mars, qui serait répercuté rétroactivement sur ses comptes de 2016, tout en versant bien moins que le milliard d'euros provisionné, selon des sources proches de la banque.   Suite...

 
Deutsche Bank anticipe un impact négatif de près de 1,2 milliard de dollars sur son bénéfice imposable du quatrième trimestre du fait d'une amende au civil de 3,1 milliards de dollars constituant le règlement d'un contentieux aux Etats-Unis. /Photo prise le 5 octobre 2016/REUTERS/Kai Pfaffenbach