Essilor et Luxottica fusionnent pour créer un géant de l'optique

lundi 16 janvier 2017 10h04
 

par Gianluca Semeraro

MILAN/PARIS (Reuters) - Le français Essilor, numéro un mondial de l'optique ophtalmologique, et l'italien Luxottica, premier fabricant mondial de montures de lunettes, ont annoncé lundi une fusion pour créer un nouveau géant du secteur, provoquant l'envolée des deux groupes en Bourse.

Cette opération prendra la forme d'un absorption de Luxottica par Essilor.

"Avec cet accord, mon rêve de créer un acteur international de premier plan de l'optique, complètement intégré et cultivant l'excellence dans toutes ses composantes, se concrétise enfin", déclare dans un communiqué Leonardo Del Vecchio, le président exécutif, fondateur et premier actionnaire de Luxottica.

"Enfin, après 50 ans, deux produits qui se complètent naturellement, les montures et les verres, seront enfin conçus, fabriqués et distribués par la même maison", ajoute celui qui doit, selon l'accord, devenir PDG du nouveau groupe "EssilorLuxottica".

La holding familiale de l'Italien, âgé de 81 ans, devrait, à l'issue de l'opération, détenir entre 31% et 38% du nouvel ensemble mais ses droits de vote, comme ceux de tout autre actionnaire, seront plafonnés à 31%.

Le PDG d'Essilor, Hubert Sagnières, deviendra lui vice-président directeur général délégué d’EssilorLuxottica avec les "mêmes pouvoirs" que Leonardo Del Vecchio.

Les investisseurs ont plébiscité le rapprochement des deux groupes, dont la valorisation boursière conjointe atteignait déjà 46 milliards d'euros avant l'annonce de leur fusion.

Pour François Chaulet, un gérant à Montségur Finance qui détient des titres d’Essilor, l'opération vise à "préserver les marges dans l’avenir, et avoir une position de dominance," a-t-il confié à Reuters.   Suite...

 
Le français Essilor, numéro un mondial de l'optique ophtalmologique, et l'italien Luxottica, premier fabricant mondial de montures de lunettes, ont annoncé lundi une fusion pour créer un nouveau géant du secteur, provoquant l'envolée des deux groupes en Bourse. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi