January 13, 2017 / 9:45 PM / 6 months ago

Wall Street soutenu par les banques, le Nasdaq à un record

4 MINUTES DE LECTURE

La Bourse de New York a fini stable ou en hausse vendredi, les résultats solides des grandes banques américaines ayant été jugés prometteurs pour le reste de la saison des résultats. L'indice Dow Jones a cédé 5,27 points, soit 0,03%. Mais l'indice S&P-500, plus large, a progressé de 4,20 points, soit 0,18%. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 26,63 points (+0,48%). /Photo prise le 21 décembre 2016/Andrew Kelly

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé sur une note stable ou en hausse vendredi, les bons résultats du secteur bancaire ayant été jugés prometteurs pour le reste de la saison des résultats et semblant justifier la vague de hausse depuis l'élection de Donald Trump.

La progression a toutefois été freinée par le secteur de la grande consommation à la suite de la publication de ventes de détail inférieures aux attentes aux Etats-Unis.

L'indice Dow Jones a cédé 5,27 points, soit 0,03%, à 19.885,73 points. Mais l'indice S&P-500, plus large, a progressé de 4,20 points, soit 0,18%, à 2.274,64 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 26,63 points (+0,48%) à un niveau record de 5.574,12 points.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones a perdu 0,4% et le S&P-500 a perdu 0,1% alors que le Nasdaq a gagné 1%.

Les marchés seront fermés lundi aux Etats-Unis pour la journée de commémoration de Martin Luther King, Jr.

Avec un gain de 0,55%, les valeurs financières sont arrivées en tête des grands indices sectoriels du S&P.

Les dirigeants de JPMorgan Chase et Bank of America, les deux premières banques américaines par les actifs, ont exprimé leur optimisme pour 2017 après avoir donné le coup d'envoi de la saison des résultats avec des chiffres positifs.

Leurs titres ont gagné jusqu'à 2% en cours de séance mais ont effacé l'essentiel de leurs gains par la suite.

L'élection de Trump à la présidence des Etats-Unis le 8 novembre a provoqué un regain d'activité sur les marchés qui a surtout profité au secteur financier. Son indice a pris 17% depuis alors que le S&P-500 a gagné 6,1%. Certains intervenants craignent que le secteur n'ait été poussé un peu trop loin.

"Le secteur financier suscite beaucoup d'optimisme mais n'importe quelle annonce prudente de la part (des banques) peut engendrer un mouvement de défiance", explique Scott Brown, économiste en chef chez Raymond James.

Bank of America, qui a annoncé une hausse de 46,8% de son bénéfice au quatrième trimestre, a pris seulement 0,39%. Le revenu du trading actions a déçu les investisseurs.

Plus Mauvaise Semaine Pour Le Dollar en 2 Mois

JPMorgan Chase, première banque des Etats-Unis par les actifs, a fait état d'une hausse de 23,8% de son bénéfice trimestriel. L'action n'a progressé que de 0,53%.

Goldman Sachs a fini en hausse de 1,19% à 244,30 dollars après avoir atteint un pic de neuf ans en séance et Morgan Stanley de 0,41% à 43,81 après un pic de huit ans.

Wells Fargo a pris 1,49% malgré un bénéfice en recul pour le cinquième trimestre consécutif.

BlackRock, numéro un mondial de la gestion d'actifs, a annoncé un bénéfice net trimestriel en baisse mais supérieur aux attentes. Le titre a grignoté 0,28%.

Ailleurs, Facebook a été le plus gros contributeur à la hausse du S&P et du Nasdaq avec un gain de 1,36% à la suite d'un relèvement de recommandation du broker Raymond James.

En revanche Wal-Mart Stores (-1,24%) et d'autres valeurs de la consommation de base ont perdu du terrain après des ventes de détails américaines un peu moins bonnes que prévu.

Parmi les plus petites valeurs, le propriétaire de stations de ski Intrawest Resorts Holdings a bondi de près de 11%. La société travaille avec des banques d'affaires en vue d'une éventuelle cession, selon des sources proches du dossier.

Le volume total de transactions a été limité. Environ 5,8 milliards d'actions été échangés sur les marchés américains. La moyenne des 20 dernières séances était de 6,4 milliards.

Le dollar perdait 0,16% face à un panier de devises de référence et s'apprêtait a afficher sa plus mauvaise performance hebdomadaire depuis novembre, faute de précisions ou de confirmations sur la politique économique de Donald Trump.

Les rendements des obligations du Trésor ont progressé sur un large front à la suite à de bons indicateurs économiques, et les cours du pétrole reculent dans l'inquiétude sur l'économie chinoise et les doutes sur le respecti de l'accord de l'Opep.

Avec Tanya Agrawal, Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below