Takata conclut un accord de 1 milliard de dollars avec la justice US

samedi 14 janvier 2017 10h58
 

par Paul Lienert et David Shepardson

NEW YORK/DETROIT (Reuters) - Le groupe japonais Takata a accepté vendredi de plaider coupable des accusations portées contre lui par le département américain de la Justice dans le cadre d'un accord d'un milliard de dollars (942 millions d'euros) pour mettre un terme à l'enquête pénale ouverte dans le dossier des airbags défectueux.

L'accord prévoit une amende pénale de 25 millions de dollars, une enveloppe pour dédommager les victimes de 125 millions, le solde de 850 millions devant servir à compenser les constructeurs ayant subi des pertes liées à des rappels massifs de véhicules, a annoncé le département de la Justice.

L'équipementier automobile, dont une centaine de million d'airbags ont fait l'objet d'une procédure de rappel dans le monde, va également être suivi par un moniteur indépendant, selon les termes de l'accord.

L'action Takata a gagné 16,5% à la Bourse de Tokyo en vue de cet accord à l'amiable dans lequel Takata a accepté de plaider coupable d'un seul chef d'accusation de fraude électronique.

Cet accord pourrait aider Takata à remporter le soutien financier d'un investisseur pour une éventuelle restructuration et pour payer les lourdes charges résultant de la plus vaste opération de rappels de voitures de l'histoire.

"La conclusion de cet accord est un pas important vers la résolution de l'affaire des airbags et une étape décisive dans le processus visant à assurer un investissement dans Takata", a dit Shigehisa Takada, PDG du groupe japonais dans un communiqué.

Il a ajouté que la société "regrette profondément les circonstances qui ont débouché sur cette situation et reste totalement engagée à participer à la recherche d'une solution."

En 2015, l'Agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) avait, dans une procédure distincte, infligé une amende de 70 millions de dollars à Takata après que le groupe a reconnu avoir été au courant du défaut de ses airbags sans pour autant organiser à temps le rappel de ses produits.   Suite...

 
Le groupe japonais Takata a accepté vendredi de plaider coupable des accusations portées contre lui par le département américain de la Justice dans le cadre d'un accord d'un milliard de dollars (942 millions d'euros) pour mettre un terme à l'enquête pénale ouverte dans le dossier des airbags défectueux. /Photo d'archives/REUTERS/Toru Hanai