Areva précise son renflouement, possible sortie des minoritaires

mercredi 11 janvier 2017 20h16
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Areva a fixé mercredi à 4,50 euros le prix des actions nouvelles qui seront émises dans le cadre de sa recapitalisation et a annoncé que l'Etat français offrirait dans ce cadre la possibilité aux actionnaires minoritaires de sortir du capital.

L'Etat compte ainsi déposer un projet d'offre publique de retrait, ce qui permettrait à des actionnaires tels que le Koweït (4,82% du capital), EDF (2,24%) ou Total (0,95%) de se désengager d'Areva SA, transformée en structure de défaisance pour rembourser les dettes et assurer l'achèvement de l'EPR finlandais.

Le prix de 4,50 euros, également proposé dans l'offre de retrait, se compare à un cours de Bourse de l'action Areva de 5,20 euros avant sa suspension intervenue mardi.

Il représente une importante moins-value potentielle pour le Koweït qui, à travers son fonds souverain (KIA), avait investi 600 millions d'euros dans Areva en 2010 au prix de 32,50 euros par action.

Ces annonces interviennent au lendemain du feu vert de la Commission européenne au renflouement du groupe par l'Etat français à hauteur de 4,5 milliards d'euros, conditionné toutefois à la démonstration de la viabilité de la cuve de l'EPR de Flamanville (Manche) et à l'autorisation de la vente à EDF de l'activité réacteurs (Areva NP).

Ces deux conditions pourraient être remplies au plus tôt d'ici à la fin du premier semestre, a estimé le directeur général du groupe, Philippe Knoche, lors d'une conférence téléphonique.

Une autre condition imposée par Bruxelles obligera Areva à se désengager totalement de son activité réacteurs d'ici à fin 2019 alors qu'il envisageait d'en conserver 15% du capital.

  Suite...

 
Areva a fixé mercredi à 4,50 euros le prix des actions nouvelles qui seront émises dans le cadre de sa recapitalisation et a annoncé que l'Etat français offrirait dans ce cadre la possibilité aux actionnaires minoritaires de sortir du capital. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau