Airbus décroche une grosse commande auprès d'Aviation Capital

mardi 10 janvier 2017 23h02
 

PARIS/SHANGHAI/DUBAI (Reuters) - Airbus a décroché mardi une commande de 3,8 milliards de dollars (3,6 milliards d'euros) auprès de la société américaine de leasing Aviation Capital Group (ACG) et pourrait remporter une autre commande de l'ordre de quatre milliards de dollars auprès de la Bank of Communications Financial Leasing, basée à Shanghai.

L'annonce de cette dernière commande, qui porte sur 42 appareils monocouloirs, pourrait être faite à l'occasion de la conférence de presse organisée mercredi par le constructeur aéronautique sur le bilan de ses commandes et livraisons 2016.

La commande d'AGG, qui porte sur 35 A320 dont 30 A320neo, porte à 300 le nombre de commandes potentielles qui pourraient figurer sur le carnet d'Airbus en décembre.

Airbus a conclu en outre un accord définitif de vente de plus de 60 avions à la compagnie à bas coûts saoudienne Flynas, a-t-on appris de plusieurs sources du secteur, un succès qui pourrait permettre au constructeur européen de maintenir son avance sur Boeing dans leur duel annuel pour les nouvelles commandes.

La commande de Flynas - compagnie dont la holding du prince Al Walid bin Talal est actionnaire - devrait porter sur plus de 60 exemplaires du monocouloir A320neo, a dit à Reuters l'une des sources, directement informée des modalités de l'accord.

Au prix catalogue, une commande de 60 A320neo représenterait 6,4 milliards de dollars mais les compagnies qui passent de telles commandes obtiennent souvent d'importantes remises.

(Tim Hepher, Brenda Goh et Alexander Cornwell; Jean-Michel Bélot, Marc Angrand et Patrick Vignal pour le service français)

 
Airbus a décroché mardi une commande de 3,8 milliards de dollars (3,6 milliards d'euros) auprès de la société américaine de leasing Aviation Capital Group (ACG) et pourrait remporter une autre commande de l'ordre de quatre milliards de dollars auprès de la Bank of Communications Financial Leasing, basée à Shanghai. /Photo d'archives/REUTERS/Regis Duvignau