Les résultats des banques US sous le signe des baisses d'impôts

mardi 10 janvier 2017 17h37
 

par David Henry

NEW YORK (Reuters) - Les publications de résultats trimestriels par les banques américaines qui démarrent vendredi seront dominées par l'impact des propositions de réduction du taux de l'impôt sur les sociétés et ses conséquences sur leur distribution du dividende.

Les trois plus grandes banques en termes de total de bilan - JP Morgan Chase, Bank of America et Wells Fargo - ouvriront le bal mais Citigroup, qui publiera ses résultats le mercredi suivant, risque d'être désavantagée par rapport à ses concurrentes du fait de sa plus forte internationalisation et de l'ampleur de ses reports déficitaires.

La proposition de loi soumise par les élus républicains à la Chambre des Représentants prévoit d'abaisser le taux de l'impôt sur les sociétés (IS) à 20% contre 35% actuellement et une promesse du président-élu Donald Trump, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, va jusqu'à le réduire à 15%.

Les banques, qui payent plus d'impôts que les entreprises d'autres secteurs parce qu'elles bénéficient moins de crédits d'impôt sur l'investissement et d'autres déductions fiscales comme celles consenties aux entreprises du secteur gazier et pétrolier, seront par conséquent les premières bénéficiaires de la réforme.

Ce coup de pouce fiscal sera un peu la cerise sur le gâteau pour un secteur dont la rentabilité bénéficiera cette année de taux d'intérêt plus élevé et d'assouplissements réglementaires attendus après les promesses lancées par Donald Trump durant sa campagne pour l'élection présidentielle.

MOINDRE AVANTAGE POUR CITIGROUP

Plusieurs analystes spécialisés sur le secteur bancaire qui ont évalué l'impact des propositions fiscales des Républicains et du président-élu estiment que le gain pour le bénéfice par action (BPA) de Citigroup pourrait être moitié moindre que pour certaines de ses concurrentes.   Suite...

 
Les publications de résultats trimestriels par les banques américaines qui démarrent vendredi seront dominées par l'impact des propositions de réduction du taux de l'impôt sur les sociétés et ses conséquences sur leur distribution du dividende. /Photo d'archives/REUTERS/Mike Blake