Le PDG d’Airbus Group rassure les syndicats sur le plan Gemini

mardi 10 janvier 2017 13h47
 

TOULOUSE (Reuters) - Les représentants de quatre syndicats d'Airbus Group se sont dits mardi "rassurés" par le patron de l'entreprise, qui les a reçus à leur demande pour évoquer la suppression de 1.164 postes en France prévues par le plan Gemini.

Les syndicats FO, CGC, CFTC et CFDT, qui avaient exprimé leur inquiétude sur ce plan qui prévoit la fermeture du site de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, avec 308 emplois perdus d’ici 2018, ont dit leur confiance dans le dialogue social.

"Même si Tom Enders ne s’est engagé sur aucune mesure, nous sommes un peu rassurés par la qualité du dialogue qui fait que nous serons appelés à nous revoir durant la procédure", a indiqué à la presse Françoise Vallin, coordinatrice CFE-CGC chez Airbus Group, ajoutant que le patron allemand avait souligné l’importance de "la flexibilité" dans cette procédure sociale.

"Nous avons insisté sur notre volonté de ne pas connaître de licenciement sec, ce à quoi Tom Enders a rappelé qu’il n’y avait jamais eu de telle mesure lors des précédents plans sociaux comme Power 8", a précisé la syndicaliste.

Les représentants syndicaux ont également alerté le PDG d’Airbus Group sur leurs craintes sur la fermeture du site de Suresnes et ses conséquences sur la recherche et le développement, primordial pour la stratégie de l’avionneur.

"C’est le début d’un processus long qui s’engage avec la direction qui nous a assuré que ce plan Gémini n’est pas en œuvre pour faire des économies mais pour réorganiser le groupe", a dit Patrick de Percina, délégué central CFE-CGC chez Airbus.

"BON ETAT D'ESPRIT"

Pour le syndicat FO, premier au niveau du groupe, Tom Enders a été à l’écoute des demandes des acteurs sociaux, conscient du potentiel de ces postes situées en région parisienne.   Suite...

 
Les représentants de quatre syndicats d'Airbus Group se sont dits mardi "rassurés" par le patron de l'entreprise, qui les a reçus à leur demande pour évoquer la suppression de 1.164 postes en France prévues par le plan Gemini. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier