4 janvier 2017 / 08:17 / il y a 7 mois

Next abaisse ses prévisions, le titre chute

Next a revu en baisse mercredi son objectif de bénéfice pour l'exercice fiscal en cours et a également averti sur les perspectives pour l'année suivante, l'enseigne britannique d'habillement soulignant ainsi qu'elle se préparait à un environnement plus difficile. /Photo d'archives/Andrew Winning

LONDRES (Reuters) - Next a abaissé mercredi son objectif de bénéfice pour l'exercice en cours et a également averti sur les perspectives de l'année suivante, l'enseigne britannique d'habillement la plus rentable de ces 10 dernières années signalant ainsi qu'elle se préparait à un environnement plus difficile.

Ces annonces pèsent sur le titre qui accuse une perte de 11,6% vers 12h30 GMT, plus net recul de l'indice large européen Stoxx 600, et entraîne dans son sillage ses grands concurrents Debenhams (-5,45%), Marks & Spencer (-4,15%) et AB Foods, le propriétaire de l'enseigne (-3,5%).

La société, qui possède environ 540 magasins au Royaume-Uni et en Irlande, a jugé ses ventes de Noël décevantes et souligné le niveau "exceptionnel" d'incertitude dans le secteur, ajoutant qu'elle se préparait à un contexte plus difficile.

Dans son rapport d'activité sur ses ventes de Noël, Next a annoncé un objectif de bénéfice avant impôts de 792 millions de livres (933 millions d'euros) pour l'exercice qui se terminera à la fin du mois, en baisse par rapport à son précédent objectif de 805 millions de livres.

La société prévoit un bénéfice avant impôts de 680 à 780 millions de livres pour l'exercice 2017-2018, en net retrait par rapport aux prévisions des analystes qui sont à 784 millions de livres en moyenne, selon les données Reuters.

"Non seulement nous sommes confrontés à un retournement de cycle dans l'habillement, mais en plus de cela nous avons des hausses de prix et une baisse des revenus réels", a déclaré à Reuters le directeur général du groupe, Simon Wolfson.

"Il est donc logique d'être prudent (...) Je ne pense pas que nous soyons excessivement moroses", a-t-il ajouté.

Il pense que les Britanniques dépensent moins en vêtements et préfèrent consacrer leur argent pour partir en vacances, dîner dehors ou aller au spectacle. Il attend aussi une nouvelle contraction des dépenses liée à la reprise de l'inflation.

Après la chute de la livre qui a suivi le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne en juin, il table sur une hausse des prix pouvant aller jusqu'à 5%.

Avec cette conjonction de facteurs, la société prévoit que ses ventes sans rabais pourraient baisser de 4,5% en 2017/2018.

Next a précisé que son chiffre d'affaires réalisé sur les 54 jours menant au 24 décembre, qui représente l'essentiel du quatrième trimestre de son exercice, était en baisse de 0,4%, après un recul de 3,5% au troisième trimestre.

James Davey, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below