2 janvier 2017 / 09:45 / il y a 8 mois

Accélération de la croissance manufacturière de la zone euro en décembre

Le secteur manufacturier de la zone euro démarre l'année 2017 sur des bases solides après avoir connu en décembre sa plus forte croissance en plus de cinq ans, montrent lundi les résultats définitifs de l'enquête mensuelle Markit auprès des directeurs d'achat. /Photo d'archives/Michaela Rehle

LONDRES (Reuters) - Le secteur manufacturier de la zone euro démarre l'année 2017 sur des bases solides après avoir connu en décembre sa plus forte croissance en plus de cinq ans, montrent lundi les résultats définitifs de l'enquête mensuelle Markit auprès des directeurs d'achat.

L'indice PMI IHS Markit définitif pour la région a atteint 54,9 le mois dernier, au plus haut depuis avril 2011, un chiffre conforme à l'estimation "flash" publiée la semaine dernière et en hausse par rapport à celui de novembre (53,7).

Le sous-indice mesurant la production, qui entre dans le calcul de l'indice PMI composite, a atteint son plus haut niveau en 32 mois à 56,1 contre 54,1.

"Les producteurs manufacturiers ont démarré 2017 en position de force, ayant terminé 2016 sur une hausse de la production", a commenté Chris Williamson, chef économiste d'IHS Markit.

"Pour replacer les données PMI dans leur contexte, le pic de cinq ans et demi atteint en décembre est globalement cohérent avec la croissance de la production manufacturière à un rythme annuel impressionnant d'environ 4%."

Ouvrant la voie à une activité soutenue en janvier, le sous-indice des nouvelles commandes a atteint 55,9, au plus haut depuis avril 2011, contre 54,4 en novembre, bien que les entreprises aient augmenté leurs prix au rythme le plus élevé en plus de cinq ans.

"Les responsables politiques seront doublement satisfaits de constater que les meilleures perspectives du secteur manufacturier s'accompagnent de pressions à la hausse sur les prix", dit Chris Williamson.

La croissance de l'activité manufacturière en Allemagne a atteint en décembre un pic de près de trois ans, soutenue par la demande en provenance d'Asie et des Etats-Unis, montre l'enquête Markit auprès des directeurs d'achat publiée lundi.

L'indice PMI définitif du secteur manufacturier, qui représente environ un cinquième de l'économie allemande, s'est élevé à 55,6 le mois dernier après 54,3 en novembre, soit un plus haut de 35 mois.

C'est un dixième de point supérieur à l'estimation préliminaire et nettement au-dessus du seuil de 50 séparant contraction et croissance de l'activité.

"La solide croissance de décembre signifie que les producteurs de biens ont connu au T4 leur meilleur trimestre en près de trois ans", a dit Philip Leake, économiste chez Markit. "Le secteur manufacturier va en conséquence probablement aider la croissance globale du PIB à accélérer après le modeste 0,2% observé au troisième trimestre."

Les entreprises allemandes du secteur ont fait état d'une amélioration significative de la demande intérieure et de nouveaux contrats en Asie, en Europe et aux Etats-Unis, a-t-il ajouté.

"Il y a aussi des signes encourageants en vue d'une croissance supplémentaire en 2017. Les entreprises semblent prêtes à embaucher pour accroître leurs capacités opérationnelles à la suite de la plus forte augmentation depuis début 2014 dans leurs retards de travaux", a dit Philip Leake.

Les pressions inflationnistes se sont également accrues en décembre. Les coûts des intrants ont augmenté à leur rythme le plus rapide depuis juin 2011, la faiblesse de l'euro ayant contribué à relever les prix des produits importés, a souligné Markit.

L'activité dans le secteur manufacturier a franchement accéléré en France en décembre, enregistrant sa progression la plus rapide depuis mai 2011, selon la version définitive de l'indice Markit publiée lundi.

L'indice synthétique du secteur manufacturier s'est établi à 53,5 le mois dernier, un chiffre confirmant la première estimation "flash" publiée mi-décembre et nettement supérieur à la marque de 51,7 relevée en novembre.

Il se maintient donc pour le troisième mois consécutif au-dessus du seuil de 50, qui distingue croissance et contraction de l'activité, ce qui n'était par arrivé depuis janvier 2016.

Cette croissance a notamment été alimentée par des hausses d'une ampleur sans précédent depuis mai 2011 des composantes reflétant l'évolution de la production et des nouvelles commandes.

Dans ce contexte de renforcement de la demande - à la fois sur le marché intérieur et à l'export - "les entreprises ont renforcé leur capacité opérationnelle au cours du mois, tendance se traduisant par les plus fortes créations de postes depuis juin 2011", souligne Markit dans un communiqué.

Les fabricants français ont également accru leurs achats, la composante correspondante atteignant son plus haut niveau depuis plus de cinq ans et demi.

L'activité manufacturière en Espagne a connu en décembre sa croissance la plus dynamique depuis 11 mois en raison de la vigueur des nouvelles commandes et de la production, montre l'enquête Markit auprès des directeurs d'achat publiée lundi.

L'indice PMI manufacturier définitif calculé par Markit s'est élevé à 55,3 le mois dernier après 54,5 en novembre. Il est supérieur à 50 depuis novembre 2013.

"Le PMI manufacturier espagnol indique que le secteur a terminé 2016 sur une note élevée, avec une croissance revenue aux niveaux du début d'année. Le tableau est bien plus positif qu'au cours de l'été quand la production et les nouvelles commandes stagnaient", a commenté Andrew Harker, économiste de Markit.

Le sous-indice des nouvelles commandes a atteint en décembre son niveau le plus élevé depuis le début de l'année à 57,1 contre 55,4 le mois précédent.

Le gouvernement espagnol s'attend à une croissance économique de 0,8% au dernier trimestre 2016 par rapport au trimestre précédent.

L'activité du secteur manufacturier italien a connu en décembre sa croissance la plus soutenue depuis le mois de juin, montre une enquête PMI.

L'indice PMI Markit/ADACI s'est établi à 53,2 le mois dernier, contre 52,2 en novembre.

La composante des nouvelles commandes a atteint 54,7 en décembre, également un pic depuis juin, contre 53,2 en novembre.

Cet indicateur est une bonne nouvelle pour le président du Conseil, Paolo Gentiloni, qui a pris ses fonctions en décembre.

Rome prévoit pour une croissance de 0,8% pour l'an dernier, soit plus de deux fois moins que ce que Berlin anticipe pour l'économie allemande. Mais la croissance du PIB a rebondi au troisième trimestre, en hausse de 0,3% par rapport au trimestre précédent, après une progression de 0,1% au deuxième trimestre.

Bureaux européens de Reuters, Bertrand Boucey et Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below