Rome critique la BCE pour sa décision sur Monte dei Paschi

jeudi 29 décembre 2016 23h11
 

par Silvia Aloisi et Balazs Koranyi

MILAN/FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne aurait dû expliquer plus clairement les raisons pour lesquelles elle a très fortement augmenté son estimation du déficit de fonds propres de la banque Monte dei Paschi di Siena, en cours de sauvetage par l'Etat, a déclaré jeudi le ministre italien de l'Economie.

Dans des propos exceptionnellement critiques à l'égard de la BCE, chargée de la supervision des banques de la zone euro, Pier Carlo Padoan a déclaré dans une interview à un journal italien que le nouvel objectif de la BCE découlait d'une "position très rigide" dans l'évaluation du profil de risque de la banque.

"Il aurait été utile, sinon aimable, d'avoir un peu plus d'information concernant les critères qui ont mené à cette estimation", a-t-il dit au quotidien financier Il Sole 24 Ore.

Monte dei Paschi, la troisième banque italienne, a annoncé lundi que la BCE lui avait demandé de combler un manque de fonds propres qu'elle estime désormais à 8,8 milliards d'euros au lieu des cinq milliards d'euros annoncés initialement par la banque.

Cette nouvelle estimation augmente considérablement le coût pour l'Etat italien du sauvetage de Monte dei Paschi à la suite de l'échec de sa tentative de recapitalisation privée.

Dans un communiqué publié en fin de journée, la Banque d'Italie a déclaré que, d'après ses propres calculs, le Trésor pourrait devoir débourser environ 6,6 milliards d'euros, dont deux milliards pour indemniser quelque 40.000 particuliers détenteurs d'obligations de Monte dei Paschi.

Ce montant amène certains observateurs à se demander si les 20 milliards d'euros dont dispose Atlante, le fonds de sauvetage des banques italiennes nouvellement créé, seront suffisants pour aider d'autres établissements en difficulté. Le gouvernement assure que oui.

Le reste des capitaux nécessaires à Monte dei Paschi viendra d'une conversion forcée de ses obligations subordonnées en actions, selon la réglementation européenne en cas de sauvetage.   Suite...

 
La Banque centrale européenne aurait dû expliquer plus clairement les raisons pour lesquelles elle a très fortement augmenté son estimation du déficit de fonds propres de la banque Monte dei Paschi di Siena, en cours de sauvetage par l'Etat, a déclaré jeudi Pier Carlo Padoan (photo), le ministre de l'Economie d'Italie. /Photo prise le 28 novembre 2016/REUTERS/Tony Gentile