29 décembre 2016 / 08:00 / il y a 9 mois

Le scandale en Corée du Sud s'étend au fonds de pension public

Le président du National Pension Service (NPS) sud-coréen, troisième fonds de pension public au monde, a reconnu avoir trempé dans un trafic d'influence présumé ayant conduit à la destitution de la présidente Park Geun-hye. /Photo d'archives/REUTERS/Kim Hong-Ji

SEOUL (Reuters) - Le président du National Pension Service (NPS) sud-coréen, troisième fonds de pension public au monde, a reconnu avoir trempé dans un trafic d‘influence présumé ayant conduit à la destitution de la présidente Park Geun-hye.

Le procureur spécial chargé de l‘affaire a déclaré jeudi que Moon Hyung-pyo avait admis avoir fait pression sur le NPS l‘an dernier alors qu‘il était ministre de la Santé pour qu‘il appuie la fusion de deux filiales de Samsung, une opération d‘une valeur de huit milliards de dollars.

La fusion entre Cheil Industries et Samsung C&T a renforcé le contrôle de la famille fondatrice sur le groupe Samsung et est au coeur de l‘enquête ayant abouti le 9 décembre à la destitution par le Parlement de la présidente.

Ce vote doit désormais être confirmé par la Cour constitutionnelle, qui a 180 jours à compter de cette date pour la maintenir au pouvoir ou la démettre de ses fonctions.

Moon Hyung-pyo était en détention préventive depuis mercredi matin. Le procureur a demandé sa mise en arrestation.

Ju-min Park, Gilles Trequesser pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below