La BCE demande à Monte dei Paschi de lever 8,8 milliards d'euros

lundi 26 décembre 2016 23h12
 

MILAN (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a demandé à Banca Monte dei Paschi di Siena de combler un manque de fonds propres qu'elle estime désormais à 8,8 milliards d'euros, soit 3,8 milliards de plus qu'évoqué jusqu'à présent par la banque, a déclaré cette dernière lundi, confirmant des informations obtenues auparavant par Reuters de deux sources proches du dossier.

Le gouvernement italien a approuvé en urgence la semaine dernière un décret ouvrant la voie à un sauvetage par l'Etat de Monte dei Paschi, la troisième banque du pays, incapable de lever sur les marchés les capitaux nécessaires pour renforcer son bilan.

Lundi, l'établissement de Sienne a déclaré avoir officiellement demandé vendredi à la BCE de l'autoriser à procéder à une "recapitalisation par mesure de précaution", prévue par la directive européenne sur la résolution des crises bancaires.

Une telle recapitalisation permet à un Etat de venir en aide à une banque en difficulté avant qu'elle ne soit insolvable. Elle implique une mise à contribution limitée des actionnaires et créanciers obligataires de la banque mais l'Etat ne peut acquérir des actions ou des obligations qu'aux conditions de marché une fois celles-ci validées par les autorités européennes.

Dans sa réponse à la demande de Monte dei Paschi, la BCE explique avoir calculé les besoins de capitaux sur la base des résultats des tests de résistance auxquels elle a procédé cette année.

COTATION SUSPENDUE

Dans ces tests, Monte dei Paschi était la seule banque italienne considérée comme incapable de résister aux conditions du scénario le plus sévère retenu par la BCE.

Cette dernière explique aujourd'hui que la banque est solvable mais elle ajoute que sa situation de liquidité s'est rapidement détériorée entre la fin novembre et le 21 décembre, a précisé Monte dei Paschi.   Suite...

 
La BCE a demandé à Banca Monte dei Paschi di Siena de combler un manque de fonds propres qu'elle estime désormais à 8,8 milliards d'euros, soit 3,8 milliards de plus qu'évoqué jusqu'à présent par la banque, a déclaré cette dernière lundi, confirmant des informations obtenues auparavant par Reuters de deux sources proches du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Max Rossi