L'euphorie de Wall Street menacée par le dollar et le T-Bond

dimanche 18 décembre 2016 15h33
 

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - La hausse du dollar et des rendements obligataires risque de gâcher la fête à Wall Street, où les principaux indicateurs de tendance enchaînent les records dans l'anticipation de mesures de relance du président élu Donald Trump.

L'indice Standard & Poor's 500, référence des gérants américains, a gagné plus de 8% depuis l'élection du 8 novembre en prévision d'une politique inflationniste de la future administration. Les valeurs financières ont mené la hausse avec un gain de plus de 17% pour leur indice sectoriel.

"Potentiellement on jette de l'huile sur le feu, car il ne s'est encore rien passé et tout le monde fait comme si c'était déjà acté", note Richard Bernstein, fondateur du cabinet de conseil Richard Bernstein Advisors à New York.

Ces anticipations et la politique plus velléitaire de la Réserve fédérale en matière de taux d'intérêt ont aussi eu pour effet de renforcer le dollar et de pousser à la hausse les rendements des obligations souveraines.

La Fed a relevé ses taux directeurs mercredi pour la première fois depuis un an et laissé prévoir trois nouveaux tours de vis en 2017, plus que ce qu'attendait le marché.

Dans la foulée, le billet vert a atteint un plus haut de 14 ans face à un panier de devises et contre l'euro, se rapprochant de la parité avec la monnaie unique, tandis que les rendements des Treasuries ont aligné une sixième semaine consécutive de gains avec un taux d'environ 2,60% vendredi soir pour le papier à 10 ans, référence du marché.

Le dollar fort, avertissent les analystes, risque d'amputer les bénéfices des multinationales américaines alors que les profits des sociétés du S&P-500 ont tout juste renoué avec la croissance au troisième trimestre.

Et si la hausse des taux longs bénéficie aux banques en rendant plus lucrative leur activité de prêts, elle augmente aussi les coûts financiers des entreprises et atténue l'avantage comparatif de valorisation qu'avaient les actions sur les obligations depuis la crise financière.   Suite...

 
Le spécialiste Mario Picone porte une casquette de «DOW presque 20 000» alors qu'il travaille à son poste à la Bourse de New York. La hausse du dollar et des rendements obligataires risque de gâcher la fête à Wall Street, où les principaux indicateurs de tendance enchaînent les records dans l'anticipation de mesures de relance du président élu Donald Trump. /Photo prise le 15 décembre 2016/REUTERS/Brendan McDermid