Vivendi dit ne pas avoir d'intention hostile envers Mediaset

samedi 17 décembre 2016 12h24
 

MILAN (Reuters) - L'acquisition par Vivendi d'une participation de 20% dans le groupe de médias italien Mediaset n'est pas un acte hostile mais vise plutôt à construire une société européenne de portée mondiale, déclare le patron du groupe français dans une interview au Corriere della Sera.

"Nous avons un intérêt à long terme, nous voulons être un partenaire industriel", déclare Arnaud de Puyfontaine, le président du directoire de Vivendi, au quotidien italien daté de samedi.

Vivendi a annoncé mercredi être parvenu à son objectif initial d'amasser une participation de 20% dans Mediaset, premier groupe de radio-télévision privé contrôlé par l'ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi.

Le groupe français présidé par Vincent Bolloré est devenu ce faisant le deuxième actionnaire de Mediaset derrière Fininvest, la holding de la famille Berlusconi.

Fininvest a qualifié l'opération d'hostile et a porté plainte pour manipulation des cours contre Vivendi. La holding a fait savoir qu'elle aussi allait renforcer sa participation dans Mediaset.

Fininvest envisage de faire saisir les actions Vivendi dans Mediaset, rapportent certains organes de presse samedi.

Mais Arnaud de Puyfontaine dément que Vivendi veuille prendre le contrôle de Mediaset. Si cela avait été le cas, dit-il, le groupe aurait lancé une OPA.

"NOUS AVONS LES MOYENS"   Suite...

 
L'acquisition par Vivendi d'une participation de 20% dans le groupe de médias italien Mediaset n'est pas un acte hostile mais vise plutôt à construire une société européenne de portée mondiale, déclare le patron du groupe français dans une interview au Corriere della Sera. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann