EDF prévoit une forte baisse de son Ebitda, l'action plonge

jeudi 15 décembre 2016 10h49
 

PARIS (Reuters) - Le titre EDF plonge jeudi en Bourse après avoir annoncé la veille une nouvelle dégradation de son excédent brut d'exploitation en 2017, plus marquée que prévu par les analystes.

Le premier producteur français d'électricité, dont l'Etat détient 85,6% du capital, prévoit pour l'année prochaine un bénéfice avant impôt, charges financières, dépréciation et amortissement (Ebitda) compris entre 13,7 et 14,3 milliards d'euros, après celui de 16,0 à 16,3 milliards attendu cette année.

Dans un communiqué publié mercredi soir, EDF a expliqué cette dégradation par la baisse des prix de marché en France et au Royaume-Uni par rapport à 2016 et par les volumes souscrits dans le cadre du mécanisme de l'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire historique) de revente d'une partie de sa production nucléaire à ses concurrents.

Dans un communiqué, le groupe a cependant souligné que son Ebitda 2018 "devrait être en croissance sensible par rapport à 2017, et ce d'autant plus si les prix de gros de l'électricité sont bien orientés".

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient jusqu'ici en moyenne un Ebitda de 15,8 milliards d'euros en 2017 et de 16,3 milliards en 2018.

Vers 10h35, l'action EDF plongeait de 11,65% à 9,90 euros, accusant la plus forte baisse de l'indice européen Stoxx 600, qui gagnait dans le même temps 0,16%.

Le groupe "a une nouvelle fois déçu sur ses prévisions en dégradant ses perspectives 2017 (...) et surtout bien en dessous des prévisions des analystes qui tablaient sur une légère baisse", a souligné Grégoire Laverne, gérant chez Roche-Brune AM.

AUGMENTATION DE CAPITAL CONFIRMÉE   Suite...

 
EDF a annoncé mercredi s'attendre à une nouvelle dégradation de son excédent brut d'exploitation en 2017, pour la deuxième année consécutive. Le premier producteur français d'électricité prévoit pour l'année prochaine un Ebitda compris entre 13,7 et 14,3 milliards d'euros. /Photo prise le 24 novembre 2016/REUTERS/Charles Platiau