L'Etat prêt à soutenir la maison mère de Madrange

mercredi 14 décembre 2016 17h16
 

PARIS (Reuters) - L'Etat se tient prêt à soutenir financièrement si nécessaire le groupe agroalimentaire Financière Turenne Lafayette, maison mère des marques William Saurin, Madrange ou encore Garbit, qui a annoncé mercredi avoir découvert par le biais d'un audit que ses comptes étaient truqués depuis plusieurs années.

"Si besoin, il y aura un soutien financier de l'Etat pour s'assurer effectivement qu'on évite un scénario de liquidation judiciaire", ont indiqué lors d'une conférence téléphonique des représentants des cabinets du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll et du secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Sirugue.

Pour le moment, les autorités assurent un soutien opérationnel, afin de "maintenir un niveau de confiance dans le groupe pour que les clients, les banques, les fournisseurs ne prennent pas la fuite", ont-ils précisé.

Il n'y a "pas de risque immédiat pour l'emploi mais il faut qu'on accompagne ce groupe face à ses difficultés, un redressement (...) est nécessaire", ont-ils ajouté en précisant que le groupe n'était "pas en danger".

"COMPTES EMBELLIS"

La falsification des comptes a été découverte à l'occasion d'un audit sur la situation économique et financière du groupe, diligenté par son nouveau président, Eric le Gouvello.

Ce dernier a pris les commandes de Financière Turenne Lafayette le 7 décembre, à la suite du décès le 30 novembre de Monique Piffaut, propriétaire et actionnaire unique du groupe.

"Les premières constatations laissent apparaître une présentation trompeuse des comptes depuis plusieurs années, dans un contexte très dégradé pour la filière agroalimentaire en général et pour certaines filiales du groupe en particulier", indiquait le groupe dans un communiqué diffusé mercredi matin.   Suite...