Les émergents confrontés à leur endettement en dollar en 2017

mardi 13 décembre 2016 16h12
 

LONDRES (Reuters) - Le renchérissement du dollar et celui des coûts de financement dans la devise américaine avec la hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis risquent de peser en 2017 sur la capacité de remboursement de plusieurs pays émergents et de leurs entreprises.

Les Etats et les entreprises des pays émergents devront rembourser l'an prochain l'équivalent de plus de 300 milliards de dollars (282,5 milliards d'euros) en devises étrangères, environ un tiers de plus qu'en 2016, rançon d'une montée de l'endettement favorisée par l'effondrement des taux dans les pays développés.

"Une des conséquences des politiques monétaires très accommodantes à l'échelle internationale au cours des dix dernières années est que les financements étaient facilement disponibles et qu'ils ont pu se diriger, dans certains cas, vers des recoins du marché qui ne les méritaient pas", a dit Graham Stock, responsable de la recherche sur la dette souveraine de la société de gestion BlueBay.

Dans le même temps, la phase de hausse du dollar commencée il y a cinq ans devrait se poursuivre en 2017, selon la dernière enquête Reuters auprès de responsables de stratégies changes.

Les pays émergents dont les comptes publics et les comptes extérieurs sont déficitaires, comme l'Indonésie, l'Inde, la Thaïlande, le Brésil, la Colombie, le Mexique ou la Turquie par exemple, apparaissent plus vulnérables.

Mais la Chine n'est pas à l'abri: les entreprises chinoises sont endettées à hauteur de 18.000 milliards de dollars, soit l'équivalent de 170% du produit intérieur brut (PIB) du pays, dont près de 800 milliards de dollars arriveront à maturité en 2017. Pékin n'a autorisé que 85 faillites cette année mais l'agence de notation chinoise Chengxin s'attend à ce que les défauts de paiements augmentent l'an prochain.

Les autorités chinoises peuvent continuer à piloter une dépréciation progressive du yuan, actuellement à un plus bas de huit ans et demi contre le dollar, afin de préserver leurs réserves de change, en baisse de près de 1.000 milliards depuis leur pic au printemps 2014.

"LA CHINE POURRAIT CONSTITUER UN RISQUE MAJEUR"   Suite...

 
Le renchérissement du dollar et celui des coûts de financement dans la devise américaine avec la hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis risquent de peser en 2017 sur la capacité de remboursement de plusieurs pays émergents et de leurs entreprises. /Photo d'archives/REUTERS/Lee Jae-Won