Carrefour lance le processus de succession de son PDG

mardi 13 décembre 2016 13h52
 

PARIS (Reuters) - Carrefour a lancé le processus de succession de son PDG, dont le dernier mandat arrivera à échéance en mai 2018 mais qui souhaite préparer et accompagner son successeur avant son départ.

Réélu en 2015 pour trois ans, Georges Plassat avait annoncé lors de la dernière assemblée générale du groupe de distribution, en mai 2016, qu'il allait préparer sa succession.

"Georges Plassat a demandé en octobre au conseil d'administration de lancer le processus", a déclaré mardi à Reuters une source proche du groupe.

Le cabinet de chasseurs de têtes Egon Zehnder a été choisi pour sélectionner les candidats.

"Aucun schéma n'est arrêté à ce stade, le processus est simplement lancé", a ajouté cette source.

La question notamment d'une éventuelle évolution de la gouvernance, qui séparerait les fonctions de président et de directeur général n'est pas tranchée, souligne-t-on.

Georges Plassat est quant à lui favorable au maintient de la gouvernance actuelle ainsi qu'à une candidature interne, considérant que les talents existent au sein de l'entreprise.

Les grands actionnaires de Carrefour, Les Galeries Lafayette (11,51% du capital), Le brésilien Abilio Diniz (8,05%), Groupe Arnault, holding de la famille de Bernard Arnault, PDG de LVMH (8,95%) et le fonds Colony Capital (5,23%), veulent pour leur part se garder toutes les options ouvertes.

"Il est normal que les grands actionnaires regardent aussi ailleurs", selon une source proche de l'un d'eux, précisant que le "processus se passe en bonne intelligence avec le PDG, même si les points de vue peuvent diverger".   Suite...

 
Carrefour a lancé le processus de succession de son PDG, dont le dernier mandat arrivera à échéance en mai 2018 mais qui souhaite préparer et accompagner son successeur avant son départ. Réélu en 2015 pour trois ans, Georges Plassat (photo) avait annoncé lors de la dernière assemblée générale du groupe de distribution, en mai 2016, qu'il allait préparer sa succession. /Photo dárchives/REUTERS/Christian Hartmann