UniCredit veut lever 13 milliards d'euros pour se remettre à flot

mardi 13 décembre 2016 16h11
 

par Stephen Jewkes, Gianluca Semeraro et Pamela Barbaglia

MILAN (Reuters) - UniCredit compte lever 13 milliards d'euros dans le cadre du plus important appel au marché jamais lancé en Italie, dans le but de renforcer son bilan et de se préserver d'une crise sectorielle d'ampleur.

Le projet présenté mardi par la première banque italienne, qui prévoit également de supprimer 14.000 emplois, soit 11% environ de ses effectifs de la fin 2015, tombe à un moment particulièrement agité pour l'économie italienne en général et le secteur bancaire en particulier.

Banca Monte dei Paschi di Siena, la troisième banque du pays, risque la faillite, tandis qu'un nouveau gouvernement est en train de s'installer à Rome, avec la perspective d'élections anticipées l'an prochain.

Seule banque italienne considérée d'importance systémique, UniCredit a vu sa capitalisation boursière fondre de moitié environ cette année, conséquence d'un bilan plus faible que ceux de ses principales concurrentes européennes, d'une accumulation des créances douteuses et d'une rentabilité qui suscite les interrogations du marché.

L'administrateur délégué, Jean-Pierre Mustier, a précisé que l'augmentation de capital était prévue au premier trimestre 2017, le produit devant servir à délester le bilan de 17,7 milliards d'euros de créances douteuses, dans le but d'améliorer bénéfices et dividendes d'ici 2019.

L'appel au marché doit également permettre à UniCredit de porter son ratio de fonds propres CET1 ("Core Equity Tier 1") à plus de 12,5% en 2019 contre 10,8% actuellement.

"DÉCISIONS AUDACIEUSES"   Suite...

 
UniCredit, la première banque italienne, a annoncé mardi son intention de lever 13 milliards d'euros de capitaux frais dans le cadre du plus important appel au marché jamais mis en oeuvre dans le pays, avec un double objectif de renforcement de son bilan et d'amélioration de sa rentabilité à long terme. /Photo d'archives/REUTERS/Stefano Rellandini