Vivendi prend 3% de Mediaset et envisage de monter jusqu'à 20%

mardi 13 décembre 2016 06h30
 

PARIS/MILAN (Reuters) - Vivendi a annoncé lundi détenir 3,01% du capital et Mediaset et dit vouloir devenir son deuxième actionnaire industriel en acquérant jusqu'à 20% de son capital, une démarche dans laquelle que le groupe italien de médias voit une tentative de rachat hostile.

Contrôlé par Fininvest, holding de la famille de l'ex-président du Conseil Silvio Berlusconi, Mediaset avait conclu au printemps avec le groupe français de médias dirigé par Vincent Bolloré une alliance autour de la chaîne payante Mediaset Premium.

Mais l'accord a été remis en cause quelques mois plus tard en raison de divergences entre autres sur la valorisation, un désaccord qui s'est depuis déplacé sur le terrain judiciaire.

Vivendi, qui devait racheter 100% de Mediaset Premium dans le cadre d'une transaction prévoyant aussi un échange de participations croisées avec Mediaset, conteste en particulier les objectifs de la chaîne en estimant irréaliste de penser qu'elle parviendra au point mort en 2018.

"L'acquisition envisagée de Mediaset Premium a malheureusement donné lieu à un contentieux et les propositions de Vivendi visant à trouver une résolution amiable du différend n'ont pas été agréées par Mediaset et son actionnaire Fininvest", a fait valoir lundi le groupe français dans un communiqué.

"Considérant que l'intérêt stratégique du partenariat industriel annoncé le 8 avril 2016 dépasse les enjeux de ce contentieux, Vivendi annonce avoir franchi ce jour le seuil de 3% du capital dans Mediaset et détenir 3,01% de son capital", a-t-il ajouté.

Vivendi a l'intention de "poursuivre ses achats d'actions Mediaset en fonction des conditions de marché jusqu'à devenir, le cas échéant, le deuxième actionnaire industriel de Mediaset, ce qui, dans un premier temps, pourrait représenter entre 10% et 20% du capital".

COLÈRE DE MEDIASET ET FININVEST   Suite...

 
Vivendi a annoncé lundi son entrée au tour de table de Mediaset à hauteur de 3,01% et son intention de devenir le deuxième actionnaire industriel du groupe italien de médias en acquérant 10 à 20% de son capital. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau