12 décembre 2016 / 08:00 / il y a 8 mois

Rome prête à aider Monte dei Paschi si nécessaire

L'Etat italien est prêt à injecter des fonds dans Banca Monte dei Paschi di Siena si la banque ne parvient pas à lever auprès d'investisseurs privés les cinq milliards d'euros de capitaux frais dont elle a besoin pour rester en activité. /Photo d'archives/Tony Gentile

ROME (Reuters) - L'Etat italien est prêt à injecter des fonds dans Banca Monte dei Paschi di Siena si la banque ne parvient pas à lever auprès d'investisseurs privés les cinq milliards d'euros de capitaux frais dont elle a besoin pour rester en activité, a dit lundi une source au sein du Trésor.

Le numéro trois du secteur s'en tient à son projet de réunir cette somme d'ici la fin de l'année, malgré les incertitudes politiques nées de la démission du président du Conseil, Matteo Renzi, après sa défaite cinglante à un référendum sur un projet de réforme constitutionnelle il y a huit jours.

Le conseil d'administration de Monte dei Paschi s'est réuni en urgence au cours du week-end après le refus de la Banque centrale européenne (BCE) de lui accorder un délai supplémentaire de trois semaines, jusqu'au 20 janvier, pour mettre à exécution son plan de sauvetage.

Ewald Nowotny, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a confirmé lundi la position de l'institut de Francfort. "L'impression générale est qu'il ne serait pas judicieux de retarder les choses trop longtemps", a-t-il dit.

Vers 10h35 GMT, le titre Monte dei Paschi avançait de 7,23% à 20,91 euros, affichant la plus forte hausse d'un compartiment bancaire italien en progression de 1,58%.

Le recul de l'action reste cependant de quelque 83% depuis le début de l'année, ce qui signifie qu'elle est en passe d'enchaîner en 2016 sa dixième baisse annuelle d'affilée.

"Au ministère de l'Economie, on est confiant au sujet de la réussite de cet appel au marché. Si l'opération échouait, l'Etat lancerait une recapitalisation préventive", a dit une source au Trésor italien.

"L'existence de la banque et l'épargne de ses clients seront préservées quelles que soient les circonstances."

Dimanche soir, Monte Paschi a annoncé la réouverture d'une offre de conversion de titres de dette en actions, opération qui, à ce stade, lui a permis de lever un peu plus d'un milliard d'euros auprès d'investisseurs institutionnels.

Les petits porteurs, qui détiennent quelque 2,1 milliards d'euros de la dette subordonnée de la banque, n'ont pas pu jusqu'ici prendre part à la conversion, considérée comme étant trop risquée pour eux.

En rouvrant l'offre de conversion, Monte dei Paschi laisse à ces petits porteurs la liberté d'y participer, au risque d'être l'objet d'actions en justice si jamais ils venaient à perdre leur épargne.

Des sources au Trésor italien ont dit qu'une éventuelle intervention de l'Etat devrait se faire conformément aux règles désormais en vigueur au sein de l'UE et impliquerait donc une conversion forcée d'obligations en actions.

L'Etat italien pourrait toujours élaborer un mécanisme de compensation pour les petits porteurs lésés par cette conversion forcée mais les détails devraient être négociés avec Bruxelles, ont dit ces sources.

Une source proche du dossier a déclaré dimanche que la perspective de la mise en place d'un nouveau gouvernement avait redonné espoir à la direction de Monte dei Paschi.

Le président de la République italienne, Sergio Mattarella, a chargé dimanche Paolo Gentiloni, ministre sortant des Affaires étrangères, de tenter de former un nouveau gouvernement.

Si ce dernier arrive rapidement à constituer une équipe gouvernementale, le fonds souverain du Qatar pourrait investir un milliard d'euros dans Monte dei Paschi, ont dit des sources.

L'une d'entre elles a cependant rappelé que l'appel au marché prévu par la banque, le troisième volet de son plan de refinancement après la conversion et l'entrée d'un nouvel investisseur, était un acte désespéré.

Antonella Cinelli et Giuseppe Fonte, avec Francois Murphy à Vienne; Benoit Van Overstraeten et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below