La Fed pourrait briser l'élan de Wall Street

dimanche 11 décembre 2016 18h10
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Les signaux que pourrait lancer cette semaine la Réserve fédérale concernant le rythme des hausses de taux l'an prochain font peser une menace sur l'envolée que connaissent les marchés actions américains depuis la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle du 8 novembre.

Si les investisseurs ne doutent pas que la banque centrale annoncera mercredi qu'elle relève ses taux directeurs, pour la première fois depuis un an et la deuxième en près de 10 ans, ils s'inquiètent de ce que dira la Fed sur les resserrements à venir.

Les indices de Wall Street ont enchaîné les records depuis la victoire de Donald Trump, portés par les promesses du président élu d'augmenter les dépenses d'infrastructure, de baisser les impôt et de désserrer l'étau réglementaire qui entrave le secteur financier.

Les intervenants de marché sont donc confiants pour la croissance et sauront cette semaine si la Fed partage leur point de vue.

La banque centrale américaine, dont le comité de politique monétaire (FOMC) se réunit mardi et mercredi, doit publier à l'issue de cette réunion ses dernières prévisions économiques.

Celles d'inflation seront très surveillées parce que si elles sont optimistes, la Fed pourrait adopter pour les hausses à venir une cadence plus élevée que ce qu'attendent les marchés, avec un effet négatif pour les actions.

"Si la Fed dit croire que l'inflation va augmenter rapidement, le marché aurait une raison de faire une pause", avance Quincy Krosby, responsable de la stratégie actions chez Prudential Financial.

"Une Fed agressive n'est pas ce que les investisseurs veulent entendre", ajoute-t-elle avant de prédire que la présidente de la Fed, Janet Yellen, voudra certainement rassurer les marchés en réaffirmant que le relèvement des taux doit se faire progressivement.   Suite...

 
Les signaux que pourrait lancer cette semaine la Réserve fédérale concernant le rythme des hausses de taux l'an prochain font peser une menace sur l'envolée que connaissent les marchés actions américains depuis la victoire de Donald Trump. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Thayer