Tag Heuer, en hausse de plus de 10%, met le cap sur la Chine

vendredi 9 décembre 2016 15h39
 

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Tag Heuer, qui a renoué avec la croissance il y a un an et signe une des plus belles performances de l'horlogerie suisse, est encore loin d'avoir épuisé son potentiel grâce notamment à sa future expansion en Chine, a déclaré à Reuters son PDG.

La première marque de montres du groupe LVMH enregistre une croissance de plus de 10% depuis le début de l'année, une performance qui contraste avec celles d'une industrie en berne, dont les exportations plongent de 11% depuis janvier.

Grâce à un repositionnement réussi sur son "coeur" de gamme et au succès de sa montre connectée, Tag Heuer compte parmi les rares horlogers suisses en croissance en 2016.

La marque, qui s'était coupée de sa clientèle avec des produits aux prix trop élevés, s'est recentrée sur des montres vendues entre 1.000 et 2.000 dollars.

"Cela a été déterminant", a déclaré Jean-Claude Biver, également président de la division montres de LVMH qui compte aussi les marques Hublot et Zenith.

Tag Heuer a aussi profité du succès de sa montre connectée à 1.500 dollars, lancée il y a un an, et dont 50.000 pièces ont été écoulées cette année.

"Ce qui fait son attrait, c'est qu'elle ne ressemble pas à une montre connectée mais à une montre classique", a souligné le dirigeant, précisant que certains marchés étaient encore "mal livrés" et disant tabler sur des ventes de 150.000 pièces en 2017 grâce à la création d'une ligne d'assemblage en Suisse.

Très peu présente en "Grande Chine" (Chine continentale, Hong Kong et Macao), qui pèse pour seulement 3% de ses ventes, la marque a été épargnée par les mesures anti-corruption de Pékin, qui ont laminé le marché des montres de luxe, et dispose, selon lui, d'un potentiel "colossal" dans le pays.   Suite...

 
Tag Heuer, qui a renoué avec la croissance il y a un an et signe une des plus belles performances de l'horlogerie suisse, est encore loin d'avoir épuisé son potentiel grâce notamment à sa future expansion en Chine, a déclaré à Reuters son PDG. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann