La BCE refuse à Monte dei Paschi un délai pour se renflouer-source

vendredi 9 décembre 2016 20h52
 

par Silvia Aloisi et Paola Arosio

MILAN (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a rejeté la demande de Banca Monte dei Paschi di Siena d'un délai supplémentaire pour lever des capitaux, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier, une décision qui pourrait contraindre Rome à renflouer la troisième banque du pays.

Monte dei Paschi avait demandé à la BCE de repousser de trois semaines, jusqu'au 20 janvier, la date butoir pour mettre à exécution son plan de sauvetage de cinq milliards d'euros en faisant appel au seul secteur privé, en arguant de l'instabilité politique qui règne en Italie depuis la victoire du "non" au référendum constitutionnel de dimanche dernier.

La BCE a rejeté sa demande vendredi, jugeant qu'un report serait de peu d'utilité et qu'il était temps que l'Etat italien intervienne, explique la source.

Après ce refus, le gouvernement devrait intervenir dans les tout prochains jours et peut-être dès ce week-end pour recapitaliser la banque toscane et prévenir le risque de liquidation, selon des sources bancaires. Certains banquiers expliquent que le gouvernement pourrait saisir cette opportunité pour renflouer d'autres banques en difficulté.

Une faillite de Monte dei Paschi pourrait toucher des milliers de petits épargnants, déstabiliser le secteur et provoquer une crise financière en Italie.

Le Trésor italien s'est refusé à tout commentaire mais une source gouvernementale a déclaré que les autorités étaient prêtes à recourir en cas de besoin à un décret d'urgence pour autoriser un sauvetage bancaire.

LE TEMPS PRESSE   Suite...

 
La Banque centrale européenne a rejeté la demande de Banca Monte dei Paschi di Siena de disposer de plus de temps pour réaliser son augmentation de capital, apprend-on d'une source vendredi. Le titre de la troisième banque du pays accusait une perte de 5,92% à 20,51 euros vers 13h15 GMT, après avoir été réservé à la baisse, en réaction à cette annonce. /Photo d'archives/REUTERS/Stefano Rellandini