La BCE prolonge ses achats de dette, à un rythme ralenti

jeudi 8 décembre 2016 18h11
 

par Balazs Koranyi et Francesco Canepa

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a surpris les marchés financiers jeudi en annonçant qu'elle réduirait ses achats d'obligations sur les marchés à partir d'avril, tout en se réservant le droit de les augmenter de nouveau en cas de besoin.

La BCE ramènera le montant mensuel consacré à ses achats d'actifs à 60 milliards d'euros, contre 80 milliards pour l'instant, même si elle prévoit de les prolonger jusqu'à la fin de l'an prochain au moins.

Une majorité des investisseurs s'attendaient à ce qu'elle opte pour le maintien d'un rythme de 80 milliards par mois, mais pour six mois seulement. La décision prise jeudi peut donc être perçue comme le fruit d'un compromis entre les "faucons" et les "colombes" du Conseil des gouverneurs.

Pourtant, le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) écrit que Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, n'était pas d'accord avec la décision de prolonger l'assouplissement quantitatif (QE). La Bundesbank s'est refusé à tout commentaire.

Cela étant le scepticisme de Weidmann vis-à-vis des initiatives de la BCE n'est pas nouveau, ont dit des sources de banques centrales à Reuters.

L'euro a dans un premier temps profité de ces annonces pour atteindre son plus haut niveau depuis trois semaines mais il est vite reparti à la baisse et s'échangeait à 1,0630 dollar à 15h00 GMT, en repli de 1,1% par rapport à la veille.

Parallèlement, les rendements des emprunts d'Etat de la zone euro étaient orientés à la baisse tandis que les Bourses poursuivaient leur progression.

"Moins mais plus longtemps, c'est la conclusion de la BCE pour l'instant", a commenté Peter Chatwell, stratège de la banque Mizuho. "Toutefois, qu'on ne s'y trompe pas, la BCE a bel et bien assoupli sa politique monétaire. De plus, une mise en oeuvre plus lente mais prolongée signifie bien qu'en décembre 2017 et en 2018, (le programme d'achats d'obligations) pourrait être supérieur à ce que nous avions prévu."   Suite...

 
La Banque centrale européenne a annoncé jeudi qu'elle réduirait à 60 milliards d'euros (contre 80 milliards pour l'instant) ses achats d'obligations sur les marchés à partir d'avril, tout en se réservant le droit de les augmenter de nouveau en cas de besoin. /Photo prise le 8 décembre 2016/REUTERS/Ralph Orlowski