La faiblesse du nucléaire dope le charbon et le gaz

mardi 6 décembre 2016 19h28
 

PARIS (Reuters) - Les moyens de production fossiles d'électricité ont été nettement plus sollicités en France au troisième trimestre 2016 qu'au cours de la même période de 2015 en raison de la faible performance du parc nucléaire, selon des données publiées mardi par la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Le taux de production de la filière charbon a bondi au mois de septembre sur un an, de 17% à 35% dans un contexte de diminution de la capacité installée, tandis que celui de la filière gaz a progressé de 10% à 26% sur l'ensemble du trimestre, a précisé le régulateur dans son observatoire trimestriel des marchés de gros.

La CRE a également souligné que le taux de production nucléaire avait atteint "des niveaux historiquement bas", à 58,3% contre 68,7% au troisième trimestre 2015, et que dans ce contexte le solde exportateur de la France avait plongé de 45%.

Les prix sur le marché à court terme ont atteint en moyenne à 32,3 euros par mégawatt/heure(MWh) au cours du trimestre mais ont connu "une hausse brutale" au cours des 15 derniers jours de septembre, le produit calendaire 2017 étant passé de 32 euros/MWh début septembre à 40 euros/MWh début octobre.

La consommation de gaz en France a par ailleurs augmenté de 11% par rapport au troisième trimestre 2015, notamment en raison d'une demande plus importante des centrales électriques fonctionnant au gaz, dont la consommation a triplé sur un an.

(Benjamin Mallet, édité par Véronique Tison)

 
Les moyens de production fossiles d'électricité ont été plus sollicités en France au troisième trimestre 2016 qu'au cours de la même période de 2015 en raison de la faible performance du parc nucléaire. /Photo prise le 23 novembre 2016/ REUTERS/Charles Platiau