Carney (BoE) s'inquiète des tensions liées à la mondialisation

mardi 6 décembre 2016 07h28
 

LONDRES (Reuters) - Le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Mark Carney, a averti lundi que le mouvement d'ouverture des frontières à l'échelle mondiale était aujourd'hui remis en cause par la frustration croissante exprimée par de nombreux électeurs en colère après une "décennie perdue" en matière de salaires.

Quelques mois après la victoire des partisans du Brexit au Royaume-Uni et quelques semaines après celle de Donald Trump à la présidentielle américaine, Mark Carney a déclaré qu'une part importante de la population des pays riches faisaient un lien entre la disparition des barrières au commerce et à l'investissement d'une part, et d'autre part les bas salaires, l'insécurité de l'emploi et les inégalités.

"La conjonction entre l'ouverture des marchés et la technologie signifie que dans un monde globalisé, le fait que les superstars et les plus chanceux empochent les récompenses est amplifié", a-t-il dit dans un discours sur les défis de la mondialisation à l'université John Moores de Liverpool. "Peut-être vivons-nous le temps des célèbres et des plus fortunés, mais qu'advient-il des frustrés et des apeurés ?"

Au Royaume-Uni, si le niveau de vie global augmente depuis les années 1960, les salariés viennent de connaître une décennie de baisse des salaires ajustés de l'inflation, du jamais vu depuis les années 1860, a-t-il souligné.

La frustration liée au niveau de vie est considérée comme l'une des raisons de la victoire des partisans de la sortie du pays de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin, avec les inquiétudes liées à l'immigration et à la perte de souveraineté.

Dans son discours, Mark Carney a mis en garde contre le risque d'un retour du protectionnisme, une crainte qu'alimente entre autres l'élection de Donald Trump.

LA BOE N'A PAS JOUÉ À "ROBIN DES BOIS À L'ENVERS"

"Tourner le dos aux marchés ouverts serait une tragédie mais c'est une possibilité. Cela ne peut être évité qu'en regardant en face les raisons de fond qui expliquent ce risque", a-t-il dit.   Suite...

 
Le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Mark Carney, a averti lundi que le mouvement d'ouverture des frontières à l'échelle mondiale était aujourd'hui remis en cause par la frustration croissante exprimée par de nombreux électeurs en colère après une "décennie perdue" en matière de salaires. /Photo prise le 
3 novembre 2016/REUTERS/Kirsty Wigglesworth