Les Bourses européennes terminent en nette hausse

lundi 5 décembre 2016 18h23
 

PARIS (Reuters) - A part un léger repli pour Milan, les Bourses européennes ont terminé lundi en nette hausse, les investisseurs ignorant les risques d'instabilité politique en Italie pour retenir plutôt les nouvelles mesures d'assouplissement monétaire que pourrait annoncer jeudi la Banque centrale européenne.

La démission du président du Conseil italien Matteo Renzi après la défaite cinglante de ce dernier au référendum sur la projet de réforme constitutionnelle a bien fait reculer la Bourse de Milan, mais seulement de 0,21%.

L'indice des banques italiennes a perdu 2,2% et les rendements des obligations souveraines du pays ont pris jusqu'à 14 points de base mais, dans l'ensemble, l'impact sur les marchés a été nettement moins prononcé que ce qui était redouté.

De son côté, Wall Street, qui a marqué une pause vendredi mais reste, pour le Dow Jones du moins, sur une série de quatre hausses hebdomadaires de suite, progresse d'environ 0,5% à l'heure de la clôture en Europe.

À Paris, l'indice CAC 40 a pris 1,0% (+45,50 points) à 4.574,32 points. Le Dax à Francfort s'est adjugé 1,63% et le FTSE à Londres a pris 0,24%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a gagné 0,67%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro 1,25% et le Stoxx 600 de 0,56%.

L'annonce de la démission de Matteo Renzi a un temps fait craindre la tenue de législatives anticipées au début 2017, ce qui, le cas échéant, pourrait remettre en cause les projets d'augmentations de capital de Banca Monte dei Paschi di Siena (-4,2%) et d'UniCredit (-3,4%).

Les inquiétudes des investisseurs se sont quelque peu calmées à l'idée que la BCE pourrait, si nécessaire, intervenir sur le marché obligataire, même si rien n'indique qu'elle a acheté lundi plus de titres de dette italienne que d'habitude.

Les marchés s'attendent par ailleurs à ce que l'institution de Francfort, qui tient jeudi une réunion de politique monétaire, prolonge de six mois son programme de rachats d'actifs au-delà de mars 2017 et pour un montant identique, soit 80 milliards d'euros par mois.   Suite...

 
A part un léger repli pour Milan, les Bourses européennes ont terminé lundi en nette hausse, les investisseurs ignorant les risques d'instabilité politique en Italie pour retenir plutôt les nouvelles mesures d'assouplissement monétaire que pourrait annoncer jeudi la Banque centrale européenne. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes