Feu vert sous réserve au redémarrage des réacteurs contrôlés d'EDF

lundi 5 décembre 2016 18h40
 

PARIS (Reuters) - Le redémarrage des réacteurs nucléaires d'EDF arrêtés pour des contrôles "peut être envisagé" sous réserve de certaines vérifications et précautions, a annoncé lundi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Ces contrôles ont été décidés après la mise en évidence d'un risque de rupture de générateurs de vapeur, fabriqués par le japonais JCFC ou par Areva Creusot Forge, qui présentent une teneur anormalement élevée en carbone dans l'acier constitutif de leur fond.

"L'ASN considère que le redémarrage des réacteurs concernés peut être envisagé", a indiqué le gendarme du nucléaire dans un communiqué.

"Des vérifications propres à chaque réacteur restent nécessaires", a-t-elle toutefois ajouté, précisant que chaque redémarrage restait soumis à son accord.

Pour une dizaine de réacteurs de 900 mégawatts (MW), l'ASN estime que "les justifications génériques apportées par EDF sont acceptables" mais qu'elles devront être confirmées par "un programme d'essais sur des pièces sacrificielles représentatives".

Pour deux réacteurs de 1.450 MW, l'Autorité attend en outre d'EDF des "compléments" d'information.

L'ASN a aussi demandé au groupe de réaliser des contrôles complémentaires, mettre en place des mesures spécifiques d'exploitation et procéder à des compléments d'essais ou d'études pour le moyen terme.

"Le plus dur a été fait (...), 95% des vérifications ont été faites et les 5% (restants consistent) juste à vérifier que les générateurs de vapeur d'un réacteur rentrent bien dans les clous de la démonstration générale", a déclaré son président Pierre-Franck Chevet, lors d'une conférence de presse.

  Suite...

 
À Nogent-sur-Seine. L'autorité de sûreté nucléaire a annoncé que le redémarrage de réacteurs nucléaires d'EDF, arrêtés ces derniers mois ou qui le seront prochainement pour des contrôles sur des générateurs, "peut être envisagé" sous réserve de certaines vérifications. /Photo prise le 20 octobre 2016/REUTERS/Regis Duvignau