Les Bourses européennes restent bien orientées à mi-séance

lundi 21 novembre 2016 13h00
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes restaient bien orientées lundi vers la mi-séance, toujours portées au premier chef par les valeurs minières et pétrolières, tandis que Wall Street est attendue en légère hausse et que l'indice dollar, qui a atteint vendredi un pic de 13 ans, marque une pause dans son envolée depuis la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine du 8 novembre.

À Paris, le CAC 40 prend 0,53% (+24,03 points) à 4.528,38 points vers 11h45 GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,35% et à Londres, le FTSE progresse de 0,43%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 gagne 0,2%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,47% et le Stoxx 600 0,1%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street, qui, également poussée par un effet Trump, flirte avec ses records historiques, en progression de 0,1% à 0,2%.

Alors que le président élu n'a pas encore achevé de constituer son équipe, les investisseurs estiment que le programme économique de Donald Trump est susceptible de donner un coup de fouet à la croissance et à l'inflation, ce qui devrait par ricochet conduire à une montée des taux d'intérêt.

Dans ce contexte, les rendements des emprunts du Trésor, à l'instar du dollar, se sont envolés. Cependant, après le pic d'un an atteint vendredi, ils marquent également, comme le dollar, un temps d'attente.

"Le cycle haussier déclenché par (l'élection) de Trump touche peut-être à sa fin. Une hausse des taux d'intérêt n'est pas, de manière générale, une bonne chose pour les marchés actions (...)", a dit Toru Ohara, chargé des investissements chez Okasan Asset Management.

Certains acteurs de marché n'excluent pas une brutale correction des marchés actions si jamais les premières mesures de Donald Trump vont à l'encontre des anticipations.

Pour ce qui est de l'Europe, il peut également y avoir des incertitudes politiques avec, au premier chef, le référendum du 4 décembre sur la réforme constitutionnelle en Italie. L'actuel président du Conseil Matteo Renzi a promis de démissionner si le "non", qui est donné gagnant par les instituts de sondage, l'emportait le mois prochain.

Ces incertitudes pèsent depuis des mois sur le secteur bancaire italien, qui perd encore plus de 1%, portant son recul depuis le début de l'année à plus de 50%. La Bourse de Milan perd de ce fait 0,33%.   Suite...

 
Les Bourses européennes restaient bien orientées lundi vers la mi-séance. Vers 11h45 GMT, le CAC 40 prend 0,53%, le Dax avance de 0,35% et le FTSE progresse de 0,43%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau