Afflelou, probable plus grosse IPO de l'année à Paris

jeudi 10 novembre 2016 14h38
 

par Noëlle Mennella

PARIS (Reuters) - Le retour en Bourse du groupe Afflelou s'annonce comme la plus importante IPO à Paris cette année, si l'offre d'actions nouvelles pour plus de 200 millions d'euros s'accompagne d'un placement du même ordre de la part de ses actionnaires actuels.

Le premier réseau français d'opticiens, qui attend pour se lancer le visa de l'AMF et une fenêtre de tir favorable sur les marchés, entend utiliser le fruit de l'opération pour accélérer son désendettement et accroître son développement international.

Les introductions en Bourse (IPO) ont été plutôt rares cette année à Paris, en raison notamment de la nervosité des marchés à la suite du Brexit. L'IPO la plus importante à ce jour a été celle de l'enseigne d'ameublement et de décoration Maisons du Monde, pour un montant total de près de 380 millions d'euros.

"On espère placer un peu plus de 200 millions d’euros en primaire", a déclaré à Reuters le PDG du groupe, Frédéric Poux, pour qui l'opération pourrait être réalisée d'ici mi-décembre.

"Généralement lorsqu'on a 200 millions de primaire, la Bourse apprécie d'avoir 200 millions de secondaire, c'est assez classique. Si on faisait une introduction quasi-classique, son montant serait de 400 millions d'euros", observe-t-il.

Introduit une première fois en Bourse en 2002 avant d'être retiré de la cote en 2008, le groupe est contrôlé par le fonds Lion Capital (39% du capital), suivi de la Caisse de dépôt et placement du Québec (29%), du fonds Apax (14%), de la holding Afflelou et du management (4%).

"Nous sommes très optimistes. La réaction de l'ensemble des investisseurs, dont beaucoup d'Anglo-saxons, que l'on a pu rencontrer est bonne", assure Frédéric Poux.

  Suite...

 
Frederic Poux, directeur général du groupe Afflelou. Le retour en Bourse du groupe Afflelou s'annonce comme la plus importante IPO à Paris cette année, si l'offre d'actions nouvelles pour plus de 200 millions d'euros s'accompagne d'un placement du même ordre de la part de ses actionnaires actuels. /Photo prise le 7 novembre 2016/REUTERS/Charles Platiau