Chine: Renault veut une voiture électrique sous les 7.200 euros

jeudi 3 novembre 2016 17h19
 

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS (Reuters) - Renault compte proposer à terme en Chine une voiture électrique à un prix inférieur à 8.000 dollars (7.200 euros), signe que la famille low cost du groupe va encore s'agrandir.

Avant de s'attaquer au premier marché automobile mondial, Renault a déjà lancé en Europe une berline à 8.000 euros (la Logan), un monospace familial à 10.000 euros (Lodgy), un 4x4 à 12.000 euros (Duster) et une citadine ultra low cost, la Kwid, commercialisée en Inde à 3.500 euros.

"Nous sommes en train de développer une voiture électrique low cost en Chine, nous parlons aujourd'hui de 7.000 à 8.000 dollars (6.300 à 7.200 euros) mais avec les aides publiques chinoises. Ce que nous voulons, c'est proposer une voiture électrique (à ce niveau de prix) et sans les aides", a dit Carlos Ghosn au cours d'une conférence sur les défis énergétiques du futur organisée à Paris par Le New York Times.

"Si nous parvenons à une telle percée, le jeu s'en trouvera changé", a-t-il ajouté.

A titre de comparaison, la citadine électrique de Renault, Zoé, débute actuellement à 23.600 euros en France, un prix dont il faut soustraire 6.300 euros de bonus écologique, soit un tarif net de 17.300 euros.

L'alliance avec Nissan a vendu à ce jour plus de 360.000 voitures électriques depuis le début du programme en 2010 - essentiellement au Japon, aux Etats-Unis et en Europe.

Lors de l'inauguration de sa première usine chinoise, en février dernier, Carlos Ghosn avait dit réfléchir à un véhicule électrique moins cher que sa gamme actuelle, pour la Chine comme pour l'ensemble des marchés émergents. Le quotidien Les Echos rapportait le mois dernier que le projet avait été confié à Gérard Detourbet, l'artisan depuis plus de dix ans des programmes low cost et ultra low cost du groupe.

  Suite...

 
Renault compte proposer à terme en Chine une voiture électrique à un prix inférieur à 8.000 dollars (7.200 euros), a déclaré jeudi le PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn. /Photo d'archives/REUTERS/Darley Shen