Les marchés chinois retrouvent leur rôle directeur, à la baisse

jeudi 7 janvier 2016 12h59
 

par Jamie McGeever

LONDRES (Reuters) - La Chine a retrouvé un rôle de moteur à la baisse pour les marchés financiers internationaux, sans commune mesure avec son poids dans la capitalisation boursière mondiale mais en phase avec son influence potentielle sur la croissance mondiale.

Les Bourses mondiales, qui ont débuté 2016 sur leur pire première séance de l'année depuis plusieurs décennies, replongent jeudi après un nouveau décrochage des actions chinoises.

Les inquiétudes sur la solidité des marchés financiers chinois, sur la capacité de Pékin à les soutenir et sur l'ampleur du ralentissement de l'économie n'ont rien de nouveau. Elles avaient déjà entraîné une correction sur les marchés l'été dernier.

"Les marchés chutent chaque fois que Pékin intervient. Les investisseurs commencent à désespérer", a dit Jack Ablin, responsable des investissements de BMO Private Bank.

Les Bourses chinoises ont dévissé de 45% entre la mi-juin et la fin août l'an dernier, et la mini-dévaluation du yuan a provoqué le 24 août une chute de 8,4% de la Bourse de Shanghai, dont l'onde de choc s'était propagée sur l'ensemble des places boursières. Wall Street avait alors accusé sa plus forte baisse en une séance en quatre ans, l'indice Dow Jones abandonnant à un moment jusqu'à 1.000 points.

Au cours de l'année écoulée, l'indice de référence de la Bourse de Shanghai a cédé à 12 reprises au moins 5% en une séance, avec des répercussions globalement négatives à Wall Street, où l'indice S&P 500 a chuté au cours de neuf de ces douze séances, dont une baisse de 3,9% le 24 août. Le recul du S&P 500 a toutefois été de moins de 0,5% à quatre reprises.

Le décrochage des Bourses chinoises et les incertitudes sur l'économie chinoise, mis en avant pendant des mois par les investisseurs pour expliquer les mouvements de marché, ont été éclipsés à partir de l'automne par la perspective d'un relèvement par la Réserve fédérale américaine de ses taux directeurs et les attentes d'un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne.

La Fed et la BCE n'ayant pas vocation a priori à agir de nouveau avant plusieurs mois, l'attention s'est de nouveau tournée vers la Chine.   Suite...

 
Les Bourses chinoises ont fermé de manière anticipée jeudi après avoir chuté de plus de 7% après moins d'une demi-heure d'échanges, déclenchant une nouvelle fois l'activation des "coupe-circuits" mis en place après le krach de l'été. La Chine a retrouvé un rôle de moteur à la baisse pour les marchés financiers internationaux, sans commune mesure avec son poids dans la capitalisation boursière mondiale mais en phase avec son influence potentielle sur la croissance mondiale. /Photo prise le 7 janvier 2016/REUTERS/China Daily